Avoir bon dos

img_7641

Il était un temps où entre confort et style, mon choix était vite fait.

Mais il arrive un âge (oui, ce blog est en train de virer 3ème âge, je sais) où on ne peut plus plaisanter avec sa santé et où il est urgent de prendre soin de soi.

Du coup, trimballer son ordinateur sur l’épaule, avec un sac besace ou un tote bag, ça va bien de temps en temps mais au quotidien, ça finit par peser trop lourd en séances d’osthéopathie.

Alors quand mon entreprise a proposé de m’équiper en sac à dos pour ordinateur, j’ai accepté avec joie mais à une condition : pouvoir choisir le modèle !

img_7646

En mode Tortue Géniale😉

J’avais remarqué le look vintage des sacs à dos Herschel, qui me rappelle les sacs de randonnée d’antan mais j’ignorais s’ils étaient bien conçus pour transporter un ordinateur.

img_7651

Ils se trouvent qu’ils sont même destinés à cela (la fille qui débarque après tout le monde) ! Un compartiment intérieur renforcé et doublé en polaire accueille l’ordinateur, et le sac existe en  version 13 pouces ou 15 pouces selon la taille du portable.

img_7652

La matière est imperméable et semble assez résistante : à voir à l’usage… La doublure intérieure rayée rouge et blanc contraste joliment avec l’extérieur assez neutre. Les fermetures magnétiques sont complétées par un lien coulissant pour l’ouverture principale et par un zip pour la petite poche de devant.

img_7654

Le volume du sac reste conséquent pour ce modèle « mid » (17 L) mais une fois sur les épaules, le poids est très bien réparti grâce à des bretelles rembourrées et bien équilibrées et des renforts aérés sur les côtés et au bas du dos.

img_7647

Le plus difficile a été de choisir entre les différents coloris existants : j’ai fini par opter pour un modèle Little America, coloris gris clair avec des lanières en cuir naturel.

Concernant la marque Herschel, il s’agit d’une entreprise canadienne, qui existe depuis 2009 et propose de la maroquinerie de qualité, mettant l’accent sur le look intemporel et les finitions soignées de leurs produits.

img_7643

Manteau Lola déjà vu ici et chapeau Stetson présenté– anciennes collections –

Ceinture Gap et bottes Salamander – très anciennes collections soldées –

Jeans Diesel vu et carré Hermès – seconde main –

Col porté ici et pull vu – tricotés main –

Sac à dos Herschel modèle Little America Mid 115 €- collection récurrente –

Il paraît que qui veut aller loin ménage sa monture et je peux vous dire que mon dos me dit merci (et à mon entreprise aussi) !

Et quand on peut joindre l’utile à l’agréable aux frais du patron, pourquoi se priver ?😉

 

Seconde main heureuse

Le truc avec les vêtements d’occasion, c’est qu’ils n’existent que dans une seule taille / modèle / coloris. Une fois qu’on a repéré la bête, il ne reste plus qu’à prier très fort pour qu’elle vous aille. Parce qu’il n’y aura pas la possibilité de l’avoir en plus grand / dans une autre couleur / en version manches longues…

img_7599

C’est pour ça que les achats de seconde main ou en friperie sont quand même plus souvent régis par le hasard, le coup de coeur, la bonne affaire, comme ce fut le cas pour mon pull jaune. Car la recherche d’un vêtement « basique » en occasion se rapproche un peu voire beaucoup, de la quête du Graal.

img_7598

Caban Cyrillus et jeans Levi’s – seconde main –

Sac Nat et Nin (vu ici) et gilet Pablo de Gérard Darel (porté ) – ancienne seconde main –

Top Uniqlo (porté ici) – collection A/H 2015 – 

Chaussures Elisabeth Stuart et ceinture Gap  – 18 ans d’âge et 10 ans d’âge –

Chèche de Mayotte – vieux cadeau d’un (vieil) ami –

BO Agatha et lunettes Anne et Valentin

Et puis il peut arriver que les dieux soient de notre côté et qu’on ait la main heureuse.

img_7603

Ce fut mon cas lors de la dernière vente FNDSA, il y a quelques semaines. Lors des années passées, j’avais déjà réussi à trouver un trench Burberry, une capeline, un carré Hermès qui étaient dans ma wish-list de basiques ; et je ne vous parle pas des trouvailles non listées mais tout aussi sympas, comme mon fameux jeans Diesel.

img_7605

Cette fois-ci, je souhaitais dénicher un manteau / caban un peu plus court que mes manteaux et parkas car je trouve que sur certaines tenues, trop de longueur peut plomber la silhouette. J’avais également en tête de remplacer mon jeans fétiche New Look qui commence sérieusement à se délaver.

img_7617

Je pense que ce caban Cyrillus n’a jamais été porté : il est dans un état impeccable et a encore son étiquette anti-vol. 35 € pour du 70 % laine, c’est une très bonne affaire.

img_7611

Quant à ce jeans Levi’s semi-curve, il est complètement dans le style de mon Diesel et j’en suis ravie ! C’est quand même un super basique à porter au boulot comme en week-end et qui a juste coûté 15 €…

img_7607

Quand le shopping malin se conjugue avec une bonne action, moi je dis qu’on n’est pas loin du bonheur😉

img_7613

And it was all yellow

Novembre est là, et ça se voit : les photos en extérieur quand il tombe des trombes d’eau et qu’on a l’impression qu’il fait nuit alors qu’il n’est que midi, c’est tout simplement impossible.

img_7579

Et comme je devais enlever mon manteau pour vous montrer ma dernière trouvaille, j’ai préféré opter pour la chaleur et l’éclairage aux néons de mon bureau : vous avez ainsi la preuve que je m’habille pour aller bosser😉

img_7577

Avec la grisaille ambiante, quoi de mieux qu’un peu de jaune lumineux pour éclairer les journées ?

img_7584

Déjà pour donner bonne mine, c’est top je trouve. Ensuite, pour votre entourage, ça ne peut pas faire de mal non plus, un peu de soleil en mini-dose.

img_7582

img_7583

J’avais déjà testé le concept avec ma veste jaune présentée ici, je réitère avec ce pull dégotté dans le rayon vintage d’Emmaüs, dans un état franchement nickel.

img_7576

Pull et  carré Hermès vintage – Emmaüs et FNDSA –

Jupe Uniqlo déjà vue – collection A/H 2015 –

Bottes Jonak portées ici – très ancienne collection : 11 ans d’âge –

Lunettes Pierre Eyewear – Contact Optique Brotteaux

A 3 € le concept, cela aurait été dommage de s’en priver, non ?😉

Sur du velours

img_7372

Quelle joie de lire que le velours est annoncé comme une des tendances phares de cet hiver ! La saison dernière, avec mon blazer Caroll, je vous l’avais un peu servi à toutes les sauces, souvenez-vous ici, ou encore ici. On avait failli frôler l’indigestion😉 !

img_7374

Mais avec le retour de la fraîcheur (et la pause de cet été), je le ressors avec grand plaisir : quand un basique est de surcroît dans l’air du temps, c’est du velours (ha ha).

img_7376

Ici, je l’ai assorti en ton sur ton avec un nouveau pull léger de chez Loft Design By. Sa composition en soie et cachemire lui donne une fluidité dingue et sa coupe un peu loose permet de le porter avec un body en toute discrétion.

img_7380

La boutique outlet a des arrivages hebdomadaires et propose des articles des collections précédentes à un prix qui reste parfois un peu élevé mais qui est tout à fait raisonnable au vu de la qualité et des matières des vêtements. Les 2 pulls fins que j’avais trouvé chez eux l’automne dernier à l’approche de l’hiver, m’avaient emballée : de très bonne tenue, ils m’ont accompagnée toute la saison froide. Leurs couleurs neutres m’avaient permis de les associer très facilement et je les ressors à nouveau avec un grand plaisir.

img_7382

Ainsi ce pull m’a coûté 65€, avec un rabais de plus de 50% par rapport au prix de départ. Bien sûr c’est le prix de 2 pulls chez Zara mais je sais que celui-ci tiendra au lavage et qu’il est rentré pour un bon moment dans mes basiques.

img_7378

Pull Loft Design By – outlet – et sac Galeries Lafayette vu – collection soldée P/E 2016 –

Blazer Caroll vu de nombreuses fois – collection soldée A/H 2015-2016 – 

Jeans Loft (mais un autre Loft) – from NY donc 6 ans d’âge –

Ceinture en cuir et bottines Bally – seconde main – et foulard vintage 

Lunettes Pierre Eyewear – Contact Optique Brotteaux

Pour le reste de la tenue, c’est du déjà vu : vintage, seconde main et anciennes collections !

Déclinaison de combinaison

J’avais évoqué d’autres façons de porter ma combinaison American Vintage, présentée ici.

img_7335

Combinaison American Vintage – collection AH 2015 soldée –

Salomés Repetto, sac Lancel et ceinture papillon de lumière – seconde main –

Lunettes de soleil Barton Perreira – ancienne collection –

Un mariage dans le Sud le week-end dernier a été l’occasion de tenter une version chic, avec mes salomés Repetto et une ceinture vintage 80’s dénichée à 1 € sur un vide-grenier il y a déjà quelques années.

img_7344

Cette combinaison s’est imposée car sa composition en viscose donne un tombé fluide mais qui ne se froisse pas. En plus, être en pantalon pour un mariage à cette saison, c’est l’assurance de ne pas avoir à gérer la couleur des collants (noir on vous dit !). Oui, ici, on a de vrais problèmes.

img_7345

Vous savez que j’aime bien l’idée qu’un vêtement puisse être porté de plein de façons différentes et ainsi pouvoir élargir son champ des possibles.

img_7343

Vous savez aussi que je ne tiens pas à investir à chaque mariage dans une nouvelle tenue : pour une question économique, écologique mais aussi ludique car c’est un peu le challenge de détourner et transformer une pièce avec juste des accessoires ou une association différente.

img_7347

Finalement ici, ce sont les chaussures et la ceinture qui changent et donnent le ton… Et comme la ceinture est déjà bien présente, je suis restée sobre niveau bijoux : une paire de créoles et un bracelet.

Bon, par contre qui dit combinaison dit déshabillage quasi complet à chaque passage aux toilettes : attention aux courants d’air… Quand je vous disais qu’on a de vraies préoccupations ici…😉

Ouest France

img_3493

img_3478

Comme à l’accoutumée, à l’arrivée de l’automne, je trie les photos des vacances d’été. Et comme à l’accoutumée, je suis partageuse, histoire de ne pas garder pour moi toute cette luminosité ;-)

img_3463

img_3462

Après une infidélité l’an dernier, nous sommes repartis à la conquête de l’Ouest, mais en visant plus bas (le Poitou-Charente), histoire de pouvoir tremper plus qu’un orteil changer un peu.

img_3460

img_3465

img_3464

Détails de la maison de Méjannes le Clap

Avant cela, nous avons fait un (petit) détour par le Gard, rejoindre des amis dans leur maison de famille, pour ce qui semble devenu une parenthèse traditionnelle, comme une sorte de préparation psychologique aux vacances avec les ingrédients parfaits : repos, détente, douceur de vivre.

img_3540

img_3538

L’an dernier je partageais des photos d’Uzès, cette année nous avons découvert Barjac, plus petit mais tout aussi charmant.

img_3510

img_3541

Nous nous sommes baladés dans le village qui accueillait sa traditionnelle brocante du 15 Août.

img_3661

img_3682

img_3685

Ensuite, direction plein ouest pour rejoindre notre location de 15 jours dans les Deux-Sèvres, à la frontière avec la Charente-Maritime. Le gîte était confortable, spacieux et doté d’une piscine, ce qui avec la météo que nous avons eue, n’était pas négligeable !

img_3710

img_3711

Eglise de Melle, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco

Le petit village de Prissé-La Charrière est situé entre 30 minutes et 1 heure des principaux centres touristiques de la région, ce qui nous a permis de rayonner aux alentours tout en profitant d’un pied à terre central et agréable.

img_3802

img_3789

img_3754

Nous avons donc pu découvrir le paisible marais poitevin, à bord d’une barque menée par un guide le long des conches (voies d’eau navigables), menant à des parcelles de terre inaccessibles par un autre moyen de locomotion.

img_3780

img_3835

img_3827

Nous avons passé une journée intense au Futuroscope de Poitiers : arrivés à l’ouverture, nous en sommes repartis à 23 h, lessivés et fourbus, après avoir fait toutes les attractions !

img_7141

img_7157

img_7159

Le Futuroscope de Poitiers

La Rochelle confirme sa réputation de ville agréable au passé historique intense : nous y sommes allés 2 jours pour avoir le temps de visiter quelques musées, l’aquarium et d’arpenter la ville.

img_3717

img_3735

Détails – La Rochelle –

L’aquarium de La Rochelle vaut vraiment le détour, les Soeurs l’ont adoré et nous aussi ! Il faut juste oublier d’y aller les jours de pluie et privilégier les visites en soirée pour éviter la foule…

img_3955

img_3973

img_3956

Nous avons préféré la station balnéaire de Fouras à celle de Châtelaillon-plage, plus vaseuse (c’est le terme) mais c’est surtout l’île d’Oléron qui nous a bien plu, avec ses plages gigantesques et sa forêt de pins, ses vagues incroyables et son point de vue sur Fort-Boyard !

img_7091

img_3669

img_3664

Fouras 

Lorsque j’étais enfant, nous avons passé quelques étés à l’île d’Oléron et j’ai eu beaucoup de plaisir à y retourner avec les Soeurs et mon homme.

img_3869

img_3872

img_3907

L’Île d’Oléron

Les odeurs, les paysages, les sensations, faisaient remonter tout un tas de souvenirs que je pensais enfouis.

img_3895

img_3898

img_3880

La Grand’Plage de St Trojan – Île d’Oléron –

La région est vraiment très riches d’activités, qu’on aime la baignade et la pêche à pied ou les balades en vélos et la découverte du patrimoine historique.

img_3989

img_7171

Châtelaillon-Plage

Le peu de relief du paysage et la luminosité nous donne l’impression d’un ciel plus grand…

img_3622

img_3620

Bref, je sens qu’on en a pas fini avec l’Ouest😉

img_3630

Mise en condition

img_7248

Ces derniers temps, avec des matinées bien fraîches et des après-midis plutôt doux, j’applique ma technique de l’oignon : plusieurs épaisseurs qui peuvent se retirer au fur et à mesure.

img_7252

Veste en jeans Zara (déjà vue souvent) – très très ancienne collection –

Gilet Kookaï (porté ) – collection soldée –

Tee-shirt et pantalon COS (présenté ici) – collection récurrente  –

Chèche Becksondergaard (déjà porté ici) – collection P/E 2014 –

Sac Galeries Lafayette – collection P/E 2016 soldée –

Ballerines Les Prairies de Paris pour André (vues ) – collection 2003 (!) –

BO et sautoir COS – collection P/E 2016

Comme je ne suis pas tout à fait prête à ranger les affaires d’été, je me mets en condition petit à petit, en superposant, en réintroduisant peu à peu des pièces plus chaudes.

img_7255

Rebonjour donc les foulards et autres chèches, les tee-shirts fins sous les gros gilets , associés aux vestes légères.

img_7257

De la même façon, j’ai encore du mal à renoncer aux pieds nus dans les chaussures, et comme les sandales ne sont vraiment plus d’actualité, je jongle avec les ballerines et les escarpins.

img_7259

Bon, OK, c’est un peu reculer pour mieux sauter mais de la même façon qu’au printemps j’ai besoin d’un peu de temps pour passer à la garde-robe d’été ; à l’automne, je fais pareil et cette transition m’aide à passer le cap des jours qui raccourcissent et des températures qui baissent !

img_7261

Et sinon, seule nouveauté de ce look : l’ensemble BO et sautoir or et argent de chez COS, mon cadeau d’anniversaire !

Jeter l’éponge

Au hasard de mes balades sur la toile, j’ai découvert le concept de « tawashi », une sorte d’éponge japonaise réalisée en tricot, en crochet, ou à partir de tissus recyclés, et qui remplace haut la main l’éponge, voire même la fleur de douche.

img_3456

L’intérêt de ces tawashis, c’est d’être quand même plus écologiques que des éponges achetées dans le commerce, en plus d’avoir l’avantage de passer à la machine et d’avoir une durée de vie plus longue.

Vous me connaissez, j’ai voulu essayer d’en réaliser moi aussi et comme c’était juste avant les vacances et que je n’avais pas le temps d’en faire en tricot, j’ai fait les miens à partir de vieux collants des Soeurs, car je venais tout juste de faire le tri dans leurs vêtements et avait donné les anciens tee-shirts dont les manches auraient pu me servir également.

img_3444

J’avais vu qu’il était conseillé de fabriquer une planche avec des clous mais comme je voulais avant tout tester le concept, j’ai utilisé mon éternel tableau en liège avec des punaises-clous. Certaines se sont détachées avec la tension du tissu mais cela n’a pas été trop gênant pour la réalisation.

img_3446

Après avoir installé vos punaises tous les 2 cm dans un carré de 16 cm de côté, il faut découper les manches des tee-shirts ou les jambes des collants en bandes de 2/3 cm environ.

img_3449

Placez les bandes horizontales sur les punaises opposées avant de positionner les bandes verticales en alternant dessus/dessous.

img_3450

img_3451

Ensuite il ne vous reste plus qu’à basculer chaque boucle sur la suivante, en les faisant se chevaucher, la dernière boucle vous servant d’accroche.

img_3455

img_3452

J’ai suivi les instructions de cet article pour réaliser mes tawashis et il m’a fallu une petite heure pour en faire 8, ce qui n’est franchement pas long !

img_3453

img_3454

Ces tawashis ont été adopté par toute la famille : nous nous en servons pour nettoyer la table, absorber les liquides renversés, faire la vaisselle et pour dépoussiérer les meubles.

img_3458

Ils remplacent haut la main les éponges malodorantes et résistent aux passages dans le lave-linge ou le lave-vaisselle.

Alors, prêt(e)s à jeter l’éponge ?😉

Léger comme une valise

Depuis quelques temps, j’essaie de partir en vacances avec moins d’affaires. Parce que nous avons beau avoir un break, nous sommes 4 et quand on rajoute aux vêtements les livres, jeux, matériel divers selon notre destination, la logistique pour faire et défaire les bagages me donne des sueurs froides.

Et cet été, j’ai tenté de faire encore plus léger en limitant mes affaires à une valise cabine (hors chaussures, hein !). Alors les pros de la valise allégée vont peut-être doucement rigoler mais les personnes qui s’arrachent les cheveux dès qu’il faut faire un choix devraient me comprendre😉

Rationnaliser ses bagages, c’est combattre avec acharnement la peur de manquer, le fameux « au cas où ». Pas toujours facile mais en privilégiant les pièces multi-fonctions et facilement associables, on se retrouve avec une valise tout terrain, pour faire face à la plupart des situations (que ce soit une invitation au mariage express de vos voisins de transat qu’une balade de 3 jours à dos de chameau – enfin, je suppose ;-)).

Voici ma liste pour 3 semaines :

Et 4 paires de chaussures :

img_7166

Je coordonne toujours la couleur de mes tongs avec celle du sable😉

Je ne compte pas les affaires de sports ni les sous-vêtements, chaussettes et pyjamas mais j’ai aussi limité de ce côté-là (le fait qu’il y ait une machine à laver sur place est un avantage non négligeable).

Au final, je n’ai pas porté :

  • la paire d’espadrilles à talons (pas eu l’occasion car nous avons beaucoup marché)
  • le pull chaud (un temps super beau et chaud)
  • la veste (idem)
  • l’étole (idem)
  • 1 tee-shirt à manches courtes (tout simplement en trop)
  • 1 débardeur (trop grand)

Et je n’ai porté qu’une fois :

  • un maillot 1 pièce (joli mais pas confortable)
  • un pull fin (manque d’occasion)
  • la robe (manque d’occasion)
  • le gilet long (double emploi)
  • le jeans (la météo exceptionnelle)
  • le K-Way (idem)

Il est quand même difficile de composer une valise de vacances sans ces 2 derniers articles donc on va dire que ça fait partie du jeu.

Je me suis également rendue compte qu’un des 3 shorts était un peu grand mais je l’ai quand même beaucoup porté car sa couleur kaki et sa coupe allaient avec beaucoup de choses en plus d’être confortable et facile à vivre (comprendre : qu’il ne se froissait pas). Je crois que la question de la matière est cruciale dans le choix des vêtements de vacances.

img_3666-1

Short H&M et débardeur Petit Bateau – anciennes collections –

Bikini Oysho et ceinture COS – anciennes collections –

Sandales Les Tropéziennes et panama – anciennes collections –

Lunettes de soleil Barton Perreira

A partir du moment où toutes les pièces matchent entre elles, les associations sont variées. Du coup même sans accessoires (j’avais emmené quelques bijoux très simples mais n’ai porté qu’une paire de petits clous d’oreille), je ne me suis pas lassée.

Je me demande même si à un moment, je ne me suis pas « forcée » à porter des pièces juste pour dire que je ne les avais pas prises pour rien : je pense que ce fut le cas pour la robe, le maillot, le pull fin et le gilet long.

Conclusion : je pense que je pourrais faire encore plus léger la prochaine fois mais que la météo des vacances d’été est plus propice à une valise « minimaliste »que lorsqu’elle est plus incertaine comme au printemps ou à l’automne.

Epilogue : du coup avant de faire le changement de vêtements de saison (qui ne va pas tarder vu le temps de ces derniers jours), je vais faire un tri drastique dans les pièces que je n’ai pas portée de tout l’été, voire plus. Car malgré le vide-dressing de l’an dernier, il me reste encore du travail pour arriver à une garde-robe optimisée… Je vous en reparle bientôt !