Family Trip in US #1

Voici une carte retraçant notre parcours avec les différents points d’étapes figurés par des numéros. Pour ce premier article sur notre voyage, je vous embarque pour les jours 1 à 4, avec la visite des chutes du Niagara et de Toronto.

Nous avions relevé sur les guides que les chutes pouvaient se visiter soit du côté américain (plus sauvage mais moins de visibilité), soit du côté canadien (points de vues superbes mais environnement très bétonné), soit les deux pour les plus motivés. Comme le kitsch ne nous fait pas peur et que nous avions prévu de visiter ensuite Toronto, nous avons opté pour le côté canadien.

Après avoir passé la frontière et s’être acquittés d’un péage (7$ US par voiture), nous avons traversé le Rainbow Bridge qui relie les villes de Niagara Falls état de NY (USA) et Niagara Falls province d’Ontario (Canada).

Une fois la voiture garée (parking payant, compter 10 à 15 $CAN), il faut traverser la ville, une sorte de Luna Park géant, qui revêt un aspect complètement loufoque et déjanté, pour arriver à une longue promenade en bord de rivière offrant une vue incroyable sur les chutes, qui sont en fait au nombre de 3 : les chutes « américaines », le « voile de la mariée » et les chutes en forme de fer à cheval, les plus connues.

De nombreuses attractions permettent aux touristes d’approcher les chutes de plus près, dont l’incontournable Maid of the Myst. Habillés de ponchos en plastique rouges (la même attraction existe du côté américain, sauf que les ponchos sont bleus), nous montons à bord d’un bateau qui nous amène littéralement au pied des chutes. La douche est assurée, on est complètement assourdis mais le spectacle est au rendez-vous : définitivement à faire ! Le coût pour une famille de 4 personnes est d’environ 100 $CAN (soit 62 €).

Nous avons ensuite longé la promenade pour admirer le fameux « fer à cheval » de plus près : c’est absolument impressionnant de voir ces tonnes d’eau tomber à pic à 2 mètres à peine de soi…

Nous y avons consacré une bonne demi-journée : arrivés à 11 h, nous sommes repartis vers 16 h pour rejoindre Toronto, à 2 heures de route environ.

C’est à mon sens largement suffisant, même si voir les chutes éclairées la nuit doit être très beau à voir. Une prochaine fois peut-être ?

Arrivés à Toronto en fin d’après-midi, nous avons décidé de partir à l’assaut de la ville le soir-même, pour profiter de la soirée au bord du lac Ontario.

Ce lac est l’un des 5 grands lacs de cette partie du continent nord-américain et même s’il n’est pas le plus grand (c’est le lac Michigan), reste quand même gigantesque : c’est simple, on ne voit absolument pas la rive opposée, ce qui donne vraiment l’impression d’être au bord de la mer.

Toronto est une ville très cosmopolite, dont nous avons adoré l’ambiance. Difficile de dire à quoi cela tient mais l’atmosphère est très paisible, et malgré les buildings et la densité de population, nous nous sommes sentis presque comme à la maison ;-).

Peut-être est-ce dû à la proximité du lac, qui offre du coup des berges très agréables pour les promenades, et une vue dégagée, avec un beau sentiment d’espace. Où au fait que la richesse de toutes les populations représentées nous a fait nous sentir moins étrangers (un peu comme à New-York en fait mais on aura l’occasion d’en reparler !).

Le lendemain, après une visite de Kensington, le quartier bohème de Toronto, nous avons pris le ferry pour rejoindre Toronto Island et passer une après-midi de farniente sur l’une des plages aménagées de l’île. La traversée dure à peine 10 minutes mais offre un point de vue imprenable sur la skyline de la ville. Comptez environ 4 $CAN par enfant et 8 $CAN par adulte pour l’aller-retour.

Cette parenthèse bucolique était bienvenue, d’autant plus que nous devions reprendre la route le lendemain pour Montréal, cette fois-ci pour un trajet de 7 heures !

Changement de SLip

Cela faisait presque 7 ans que le blog arborait fièrement cette bannière, et je me suis dit qu’il était grand temps de changer de SLip.

Parce que le blog a évolué : les carnets de voyage sont plus nombreux qu’avant, ayant pris l’habitude de partager nos destinations plus ou moins lointaines et notre organisation. Et même si je parle toujours de fringues et de beauté, l’orientation zéro déchet et l’achat responsable ont pris une place centrale dans les articles, en résonance avec mon quotidien et mes préoccupations.

Et puis parce que j’avais envie de nouveauté, certes, mais tout en restant fidèle à l’artiste SLip, dont je vous ai déjà parlé , ici et encore .

Comme le travail de SLip me plaît toujours autant, c’est tout naturellement que je lui ai demandé s’il voulait bien me concocter une nouvelle bannière, qui je l’espère, vous plaira autant qu’à moi ! Je trouve qu’elle correspond bien au contenu du blog et lui apporte une belle modernité.

Sous vos applaudissements !

La constance dans les oeuvres de SLip, c’est le contraste totalement réjouissant entre les images vintage détournées et les visuels aux couleurs saturées. Ses oeuvres nous interpellent, jouant avec l’absurde et beaucoup de second degré. Son univers fourmille de détails ironiques et de références rétro, tout en étant bien ancré dans l’actualité et et le quotidien.

Estime de soi – SLip

L’actu de SLiP : il est dans le dernier Flush Magazine, et fait la couverture de 7Magzine. Il expose en ce moment à La Commune et ce jusqu’au 20 Octobre : Autophagie, après moi le déluge. Il est aussi présent à l’Art’Cuterie, un chouette concept store / barbier / tatoueur / etc… lyonnais (pas dans le 7ème mais à la limite donc ça va).

Il a également crée une série de stickers de décoration pour Modern Art Family que vous pouvez commander ici.

Sticker Grimpette – SLip pour Modern Art Family

Et il a plein de projets sympas à venir, dont une nouvelle expo pour 2020 et une collab’ pour des hoodies et des tee-shirts : hâte de voir ça ! Vous pouvez suivre toute son actualité sur iamslip.com

Allez, je vous laisse admirer son travail, moi je m’en vais écrire de nouveaux articles, pour faire honneur à mon nouveau SLip !

Hunting high (waist) and low (impact)

Je vous avais dit que j’avais des envies de pantalons taille haute depuis quelques temps. C’est non seulement parce que la tendance actuelle mais également pour une question de confort que depuis plusieurs saisons, je privilégie, si ce n’est une taille haute, en tout cas une taille classique et non plus basse comme avant.

Comme sur ce look ou encore celui-ci, j’apprécie l’harmonie que cette coupe donne à la silhouette, en renforçant également le côté féminin avec une taille plus marquée.

Et depuis le retour des vacances, comme j’avais du mal à renfiler un jeans, j’ai beaucoup tourné avec mes chinos Gap. Je me disais qu’il m’en manquait un beige et je voulais tenter de le trouver en seconde main, tant qu’à faire.

Quand je suis tombé sur ce carrot pant à la taille très haute, en seconde main à la Chouette Curieuse, un dépôt-vente de mon quartier (7ème power) ; j’ai tout de suite accroché avec sa matière souple et sa taille travaillée. Moins fan de la ceinture noeud, je me suis dit que je pourrais toujours la porter un peu décalée ou la remplacer par une autre ceinture moins volumineuse.

C’est la première fois que j’achète dans cette boutique, qui regorge de plein de trésors, avec des pièces de marques comme plus communes. La propriétaire a beaucoup de goût et choisit les pièces avec pertinence et modernité.

L’avantage par rapport aux friperies, c’est que le magasin est très propre et ressemble à s’y méprendre à une « vraie » boutique, avec des portants aux vêtements triés par tailles, judicieusement mis en valeur. Il n’est pas nécessaire de fouiller, tout est déjà sélectionné avec soin.

L’inconvénient c’est que le prix est du coup plus élevé qu’en friperie, pour les mêmes raisons ! Et pour moi qui ai l’habitude d’acheter dans des « charity shops » comme Frip’Attitude, Emmaüs en ville ou encore le Foyer ND des Sans-Abris, la démarche est un peu différente, même si l’objectif reste le même : je vous en parlais ici.

 

Ce look est quand même en grande partie du seconde main, c’est depuis quelques temps devenu très fréquent sur le blog : le top vient de chez Frip’Attitude justement, tout comme la veste en jeans. Les BO sont aussi de la seconde main. Seuls le sac, les chaussures et le collier sont de première main…

 

 

Top In Extenso et veste en jeans H&M (déjà vue ) – seconde main Frip’attitude –

Pantalon H&M – seconde main La Chouette Curieuse –

Mocassins La Redoute portés ici – outlet Hiver 2019 –

Sac Galeries Lafayette Collection shooté – collection P/E 2016 soldée –

BO Shlomit Ofir et collier Hema