Family Trip in Vietnam : la Baie d’Halong

Après 4 jours à Hanoï, nous sommes partis à la découverte de la baie d’Halong. Nous avions réservé notre circuit de 2 jours et 1 nuit auprès de l’agence Ethnic Travel, recommandée par une amie qui l’avait testée 2 ans auparavant et qui en avait été ravie.

Le matin du départ, une navette est venue nous chercher à l’hôtel pour nous conduire à Along, en compagnie de notre guide et des 5 autres touristes du groupe, des jeunes américains et un couple d’anglais.

Après 3 heures de route, nous embarquons à bord de notre bateau, avec un équipage composé d’un capitaine, d’un matelot, d’un majordome et d’un cuisinier.

Les cabines sont spacieuses et très confortables : elles disposent de l’électricité, de la climatisation et d’une salle de bain avec WC.

Nous quittons le port après avoir mangé et naviguons au milieu des innombrables îlots karstiques de la baie.

Si au départ nous voyons de très nombreuses embarcations autour de nous, la direction que nous prenons nous permet de nous éloigner des lieux les plus touristiques et de profiter du calme environnant.

Nous rejoignons le pont supérieur pour profiter de la vue et en prenons plein les yeux.

Les photos ne rendent pas hommage à la beauté des lieux : il se dégage de ce paysage une telle beauté paisible et envoûtante, une majesté incroyable, que les mots me manquent pour le décrire.

Le fait de glisser sur l’eau au milieu de ces montagnes qui ont vu passer les siècles sans que rien ne les altère, nous fait sentir bien petits et admiratifs devant tant de beauté.

Le bateau s’arrête à proximité d’un loueur de kayaks, perdu au milieu de nulle part, et nous partons pour deux heures de visite, équipés de nos gilets de sauvetage, sous un soleil de plomb (au secours).

Je n’ai pas de photos de cette sortie, ayant eu trop peur de ruiner mes appareils mais vous pouvez me croire sur parole : le point de vue à partir du kayak était sensationnel et les grottes que nous avons visitées incroyables.

Cette sortie restera dans nos souvenirs aussi pour la galère totale que nous avons vécu avec Grande Soeur, incapables que nous étions de maintenir le cap en pagayant. Heureusement mon Homme a eu la grande bonté de nous accrocher à son kayak et de nous remorquer car sinon nous y serions encore ;-).

Revenus à bord du bateau, nous avons pu profiter du soleil couchant avant de dîner. Puis retour sur le pont supérieur pour admirer les étoiles : nous mesurions notre chance d’être ainsi installés au milieu de la baie d’Along, dans un calme empli de sérénité.

 

Un gros orage s’est déclenché au moment du coucher et la pluie n’a pas cessée de tomber toute la nuit pour s’arrêter au petit matin : nous avons eu beaucoup de chance car nous avons pu faire notre excursion du lendemain, dans une autre grotte, avec un peu de « spéléologie » puisque nous avons dû nous contorsionner pour aller admirer la source où selon la légende viennent se baigner les fées.

Puis le bateau a mis le cap sur le port, que nous avons rejoint aux alentours de midi. De là, nous avons repris la navette en direction de l’aéroport d’Hanoi car la plupart d’entre nous embarquions pour de nouvelles aventures dans différentes villes du pays.

Voilà pour la baie d’Along, qui -je peux vous l’assurer – fait partie des plus belles choses qu’il m’ait été donné de voir.

Excellent (chaude) semaine à vous et à très vite pour la suite !

Publicités

Force jaune

Quand je parlais de collection de combinaisons, je ne mentais pas puisque j’ai profité de mon voyage au Vietnam pour me faire refaire (quasiment) à l’identique la noire que je vous présentais ici.

Comme j’étais témoin au mariage d’amis début Septembre, je voulais marquer le coup et j’ai donc choisi un jaune bien éclatant, dans un tissu similaire afin de reproduire le même tombé. Au Vietnam, le choix des tissus est pléthorique, tout comme les tailleurs qui font des miracles en très peu de temps et pour un prix imbattable (il faut savoir que les tailleurs proposent réaliser leur ouvrage en 24 à 48 h pour satisfaire les touristes pressés).

J’ai trouvé assez facilement le tissu que je cherchais dans le marché à côté de chez mes parents et la vendeuse nous a recommandé une couturière de sa connaissance, à proximité. Comme j’y suis allée en début de séjour, celle-ci avait largement le temps de réaliser la combinaison en 3/4 semaines.

Mais cela s’est avéré plus compliqué que prévu, le modèle n’étant pas des plus simples, et je n’ai pu récupérer la combinaison que 2 jours avant mon départ, soit un peu tard pour les éventuelles retouches.

En effet, sur la noire, il y a des poches (vraiment trop chouettes) mais en reproduisant à l’identique avec le tissu jaune, les poches étaient trop marquées et visibles en transparence. De plus, il y avait bien trop de tissu dans le dos au niveau de la taille et du coup beaucoup trop de plis disgracieux sur les fesses.

Revenue en France, j’ai fait faire les modifications par ma couturière aux doigts de fée : elle m’a supprimé totalement les poches et enlevé le tissu en surplus dans le dos.

Du coup, j’ai utilisé les chutes de tissu des poches pour faire des fleurs pour les cheveux ! Je vous fais un tuto dans un prochain article, promis !

Bonne semaine à vous !

 

Combinaison pantalon Lenny B. Like

Tissu 11 €

Couturière au Vietnam 17 €

Couturière en France 20 €

Salomés Texto

BO Bala Boosté

 

 

 

 

Family Trip in Vietnam : Hanoi

Après quelques jours à Ho Chi Minh Ville, nous nous envolons pour Hanoi, la capitale !

Comme je vous le disais, il y a 3 compagnies aériennes qui desservent les principales villes du pays, à une fréquence impressionnante : en 3 heures d’attente à l’aéroport national, nous avons vu décoller une vingtaine de vols internes !

L’aéroport d’Hanoi est à 20 minutes en voiture de la ville, pensez à prévoir le transfert en navette avec l’hôtel. Il est aussi possible de prendre le taxi ou le bus pour rejoindre le centre.

Nous avons logé dans un hôtel à proximité du lac Hoa Kiem (ou lac de l’Epée), au sud-est de la vieille ville, quartier très prisé des touristes. Le B&B Hanoi Hostel a un personnel adorable, des chambres très confortables et le petit-déjeuner inclus est copieux (un plat chaud sucré ou salé, des fruits et boissons à  à volonté).

Il était idéalement placé pour qu’on puisse découvrir les alentours à pied et ainsi :

– se balader autour du lac et profiter du week-end où les véhicules sont interdits pour flâner tranquillement, et profiter des nombreuses animations le soir (spectacles de rue, jeux, musique, marché nocturne…)

– visiter les temples et arpenter les ruelles de la vieille ville, où les commerces sont tous regroupés par thèmes : ainsi après les rues des magasins de chaussures, viennent celles des lunettes, puis des cordes et des rouleaux de scotch, ainsi que celles des pierres tombales, des animaux, des plantes, etc…

 

– trouver de quoi se restaurer dans les innombrables restaurants alentours, pour tous les goûts et toutes les bourses.

– découvrir une représentation de théâtre de marionnettes sur l’eau, art millénaire né dans le nord mais qui désormais est présent dans tout le pays

Pour rejoindre l’ouest de la vieille ville, nous avons pris le taxi, très pratique et peu onéreux (compter 1 à 2 € la course).

Dans ce secteur, nous avons visité :

– le site du mausolée de Hô Chi Minh, typique de l’architecture communiste des années 50

– le Temple de la Littérature, un site magnifique composé de jardins et de temples, où fut fondée la 1ère université du pays au 11ème siècle

– le Musée des Beaux-Arts du Vietnam, avec de très belles pièces représentatives de l’évolution des arts et de l’influence des différentes cultures au fil des époques. La boutique du musée regorge de trésors !

– le Musée de l’histoire militaire du Vietnam, que nous avons boudé avec les Soeurs mais qui a bien intéressé mon Homme.

Nous recommandons particulièrement le Musée d’Ethnographie du Vietnam, qui est un peu excentré mais qui vaut le détour : une présentation exhaustive des différentes ethnies que compte le Vietnam (54 en tout) est servie par des explications très claires, et illustrée par la visite des maisons traditionnelles qui émaillent l’immense jardin.

La plupart des explications sont traduites en anglais et en français, et vous pouvez aussi faire appel aux services d’un guide dans la plupart des musées (environ 5 €).

L’entrée dans les musées est moins chère pour les enfants, parfois même gratuite et pour les temples, une participation peut être demandée mais la plupart propose une entrée libre, même si les donations sont les bienvenues.

Mais le prix reste vraiment très bas : compter 1 à 2 € maximum par personne, voire moins.

Pour les lieux religieux, pensez à vous munir d’une étole pour vous couvrir les jambes et/ou les épaules. Dans certains lieux, il est possible d’emprunter ou de louer une blouse ou une jupe pour se couvrir avant la visite.

Nous avons apprécié le relatif « calme » de Hanoi, après l’effervescence de Ho Chi Minh Ville, même si la ville reste très fréquentée.

C’est surtout dû au fait que la ville est plus « piétonne », avec ses rues plus étroites, ces vieux bâtiments, ce qui rend la balade plus agréable – mais pas plus facile car les trottoirs restent très chargés entre les scooters garés et les stands des marchands qui débordent sur le passage.

Il y a beaucoup de touristes et les vendeurs peuvent être parfois insistants dans certains secteurs très fréquentés mais les rapports restent détendus et agréables, il suffit de continuer son chemin en refusant poliment.

Arrivés le 6 Juillet en fin de journée à cause d’un retard d’avion de 3 heures, nous sommes repartis le 10 Juillet au matin, soit 3 jours entiers sur place : nous n’avons pas chômé côté visites, un jour de plus n’aurait pas été de refus, notamment pour visiter le quartier français.

Mais nous reviendrons 😉

Belle semaine à vous !

 

Collection de combinaisons

 

Les températures ayant un peu chuté ces derniers temps, je n’ai pas pu vous poster les photos de ma combinaison pantalon noire que j’avais évoquée lorsque je vous présentais la robe Lenny B. ici.

 

Je profite du re-doux pour vous les poster et avant que l’automne ne fasse définitivement sa rentrée.

Je ne suis effectivement pas à ma première expérience avec la combipantalon, ni à ma première expérience avec la combipantalon noire de surcroît. Et j’en ai encore une autre à vous présenter… 😉

 

Celle-ci a une coupe plus structurée que la Monoprix, avec beaucoup plus de tenue : cela tient non seulement au tissu, qui est plus lourd, mais également aux détails au niveau du col et des manches, et au trompe-l’oeil du dos.

 

Je suis assez fan du concept, je trouve que cela donne un côté habillé et une certaine dégaine.

 

Ici, j’ai opté pour des baskets et un sac un peu streetwear, histoire de casser son côté un peu sophistiqué mais je l’imagine très bien avec une jolie paire de talons et une pochette pour un rendu plus chic.

 

En parlant de sac, j’ai acheté celui-ci au Vietnam, dans une enseigne fair trade qui propose des produits conçus et réalisés à Ho Chi Minh Ville, dans le respect de l’environnement et du salaire juste : Ginkgo. Je vous en reparlerai dans la série d’articles à venir sur le Vietnam.

 

J’aime beaucoup son design, la possibilité de le porter comme un tote bag ou en bandoulière et le fait qu’il soit réversible. Il est également weather resistant, ce qui est bien pratique.

 

Après l’avoir porté très souvent depuis mon retour, je constate toutefois une usure du tissu au niveau des attaches de la sangle qui permet de le porter en bandoulière : il faudrait pouvoir les renforcer si je veux continuer à en profiter encore un peu…

 

Dernière nouveauté du look : des créoles graphiques Bala Boosté dénichées en fin de soldes chez Monoprix.

Bonne semaine à vous !

Combinaison pantalon Lenny B. – soldes Hiver 2016/2017 –

Stan Smith – déjà portées ici

Veste en jeans Zara Kids – une antiquité –

Sac Ginkgo – Vietnam –

Lunettes Anne et Valentin, montre Casio et BO Bala Boosté

Family Trip in Vietnam : Hô Chi Minh Ville

Hô Chi Minh Ville, que tout le monde continue à appeler Saïgon, est l’ancienne capitale du Vietnam.

Vues de HCMV depuis le 42ème étage de la Bitexco Tower

Si Hanoï est depuis 1975 la capitale administrative du pays, HCMV en est indéniablement la capitale économique : 8 500 000 habitants, 19 arrondissements, 5 districts …

Saïgon River et HCMV à la tombée de la nuit – Saïgon Skydesk –

Bref, je vous fais grâce de la description façon Wikipédia pour vous décrire la ville en quelques adjectifs : tentaculaire, frénétique, dense, polluée, bruyante, complexe, énergique…

La Bitexco tower vue d’en-bas

Même si c’est là que je suis née, et où mes parents habitent désormais la moitié de l’année, je n’y étais pas retournée depuis 15 ans (et avant cela pour la 1ère fois il y a 25 ans) et je l’ai trouvée transformée : des immeubles modernes, des centres commerciaux avec les mêmes enseignes qu’en Occident, moins de pauvreté, plus de propreté…

Plus grand chose ne la distingue d’une grande ville de ce côté-ci du globe, si ce n’est la circulation intense, les marchés typiques et bien sûr le mode de vie.

Vendeur de bonbons ambulant

Stand ambulant de rambutans (fruits proches des litchis)

Je ferai certainement un article sur les différences notoires au Vietnam, mais aujourd’hui, je vous propose de nous concentrer sur notre séjour à HCMV.

Pagode de l’empereur de Jade – HCMV –

HCMV était donc la première étape de notre (long) voyage mais aussi la dernière puisque nous y avons passé 3 jours à l’arrivée et 4 jours avant le départ.

Détails de la pagode de l’empereur de Jade – HCMV –

Non parce que la ville mérite d’y passer une semaine mais principalement car mes parents résidant sur place, c’était une vraie commodité pour nous de nous poser et de nous sentir un peu comme à la maison.

Détails de la pagode de l’empereur de Jade – HCMV –

A l’arrivée cela nous a permis de nous acclimater en douceur et au retour de littéralement poser les valises afin de préparer tranquillement notre départ (et accessoirement, nous avons pu leur confier nos 2 grosses valises et de voyager léger en interne !).

De plus, mes parents étaient ravis de nous accueillir et de faire découvrir aux Soeurs les lieux de leur enfance.

Statue de la Vierge Marie sur le parvis de la Cathédrale Notre Dame de Saïgon

Comme ils habitent dans un quartier calme à proximité d’un grand axe, il nous était très facile de rejoindre le centre en 15 minutes, en prenant le bus.

Gare routière de Cholon – quartier chinois de HCMV –

Le réseau de bus à HCMV est très dense, ce qui nous a permis de voyager au contact de la population locale, pour 20 000 dôngs par personne (soit seulement 0,80 cts) le trajet. Il faut bien préparer sa monnaie à la montée et repérer son arrêt car les chauffeurs ne parlent pas anglais pour la plupart.

L’Opéra de Saïgon et l’Hôtel Caravelle 

Le palais de la réunification 

Si la ville est tentaculaire, l’essentiel des centres d’intérêts se situe au sein du District 1 : les bâtiments témoins de l’époque coloniale comme la cathédrale ou la poste centrale, les musées et parcs, tout comme les pagodes, les marchés et les centres commerciaux.

La poste centrale

Les trottoirs sont relativement praticables car assez larges et une fois dans l’hyper centre, les allées sont propices à la marche, si affronter la circulation très intense (et ses nuisances sonores) ne vous fait pas peur.

Intérieur de la poste centrale

Les marchés et les ruelles commerçantes proposent une multitude de souvenirs de plus ou moins bonne facture.

Stands dans le marché couvert Tran Huu Trang

En ce qui nous concerne, nous avons privilégié le marché du quartier de mes parents, très authentique et méconnu des touristes.

Marchands de fruits dans le quartier de mes parents

Mais le marché de Ben Thanh ou celui de Binh Tay à Cho Lon, tout comme le Saïgon Centre sont assez prisés des touristes : les stands débordent littéralement d’objets et on ne sait vraiment pas où donner de la tête tant l’offre est pléthorique.

Marché couvert de Ben Thanh

Parmi les choses à faire avec des enfants, il y a le Jardin Botanique qui présente une belle variété de plantes, ainsi qu’un zoo où les animaux semblent plutôt en bonne santé.

Comme vous avez pu le voir avec les photos de la ville, nous sommes montés sur la Bitexco Tower (262 m de haut), qui abrite au 48ème étage le Saïgon Skydesk, une plateforme d’observation qui permet de bénéficier d’une vue à 360° sur toute la ville : c’est très impressionnant car on réalise à quel point celle-ci s’étend de toute part, avec une densité incroyable.

La ville n’est toutefois pas de tout repos avec la pollution, la circulation, la densité de population et je pense qu’il n’est pas nécessaire d’y rester plus de 4/5 jours, pour s’imprégner de l’ambiance et visiter l’essentiel.

Voilà pour la découverte de Saïgon, j’espère que cela vous a plu ! Je vous dis à très vite pour la suite du périple !

 

Family Trip in Vietnam : l’organisation

Partir à l’autre bout du monde avec deux enfants pendant un mois, cela nécessite quand même de préparer son voyage un peu à l’avance. Loin de moi l’idée de vous donner LA formule magique mais je me disais que partager notre expérience concernant l’organisation d’un tel voyage pourrait intéresser certains d’entre vous.

Photo prise par Petite Soeur, aéroport international de Dubaï

Quand et combien de temps partir ?

Ce voyage, nous savions que nous allions le faire quand les Soeurs seraient en âge de comprendre, de se souvenir et de nous « suivre » facilement.

Nous voulions également passer plusieurs semaines sur place, pour avoir bien le temps de profiter du pays et de « rentabiliser » le billet d’avion. Du coup, cela signifiait partir durant les vacances d’été.

Si le mois de Juillet marque le début de la saison des pluies au Vietnam, celles-ci restent généralement cantonnées en fin de journée, alors qu’elles s’intensifient au mois d’Août et deviennent très fortes et continues en journée.

Fait pas beau, hein ? 😉

Ajouter à cela que les billets d’avion sont moins chers en Juillet, vous comprendrez pourquoi nous avons choisi de partir à cette période.

Notre avis a posteriori :

  • sur le choix du mois : même si nous avons dû faire sauter une semaine d’école à Petite Soeur, nous ne regrettons pas notre choix car à la fin du séjour, le temps commençait vraiment à changer vers plus de pluie, avec parfois des tempêtes en bord de mer.
  • sur la durée : un mois, cela permet de bien prendre le temps de visiter et de se poser, ce qui est indispensable pour tout le monde. Nous avons pu prévoir de rester plus longtemps dans des villes et garder une certaine souplesse et sérénité dans l’organisation de nos journées. Sur les derniers jours, les Soeurs commençaient à trouver le temps long et avaient hâte de retrouver leur environnement.

Quelle formule choisir ?

L’offre est énorme entre les circuits organisés, sur-mesure, semi-organisés, avec ou sans réservation d’hôtels, d’activités, de visites… Difficile de vous faire un comparatif, le mieux est de faire le point sur vos besoins, vos envies, votre propre expérience et bien sûr votre budget pour vous décider.

En partant avec des enfants, nous avons préféré le confort d’un vol « direct » à partir de Lyon, avec une escale à Dubaï, de 3 heures à l’aller et de 10 heures au retour (oui, dur dur sur le papier mais pas si terrible au final car arrivés à 4 h du matin, nous avons ainsi pu finir notre nuit et nous balader dans l’immense aéroport avant de rembarquer). Mais c’était le meilleur rapport qualité/prix/organisation que nous avons trouvé sur cette période.

Piscine sur le toit – Jasmine Hôtel – Hué –

Comme nous voulions être libres de construire notre parcours comme nous l’entendions, quitte à changer de programme au dernier moment en fonction de la météo, de notre humeur ou de notre forme, nous avons tout organisé nous-mêmes, à l’aide de différents guides que nous avions empruntés à la bibliothèque – cette technique nous a aussi permis de déterminer celui qui nous convenait le mieux et nous sommes partis sur le Lonely Planet -, des conseils d’amis et de mes parents, et de blogs.

Il est tout à fait possible de tout réserver une fois sur place, des moyens de transport en passant par les hôtels et les circuits. Toutefois, nous avons préféré faire quelques réservations à l’avance pour s’assurer d’avoir de la place, des prix intéressants et un parcours prédéfini.

Bienvenue à bord !

Notre avis a posteriori :

Cette formule nous a parfaitement convenu, il y avait un cadre général, au sein duquel nous avons pu nous organiser avec souplesse, en nous adaptant au fur et à mesure.

Quel rétroplanning mettre en place ?

La première chose à faire, c’est d’acheter les billets d’avion, et le plus tôt sera le mieux. Du coup cela veut dire qu’il faut être sûr de ses dates de vacances. Nous avons pris les billets début Janvier pour un départ début Juillet.

Budget : compter entre 650 et 750 € par personne. L’avantage financier de s’y prendre en avance, outre les économies sur les billets d’avion, c’est que les dépenses sont ainsi lissées sur plusieurs mois 😉

Bateaux au départ pour la baie d’Along

Ensuite, il faut s’occuper de tout l’administratif / officiel / médical :

  • les passeports : les Soeurs n’en avaient pas et les nôtres n’étaient plus valables. Compter 17 € pour les moins de 15 ans, 86 € pour les plus de 18 ans et 15 jours de délai pour Lyon en Février
  • les visas : environ 90 € par personne et 3 semaines d’attente, sachant qu’il faut les passeports pour demander les visas.
  • les vaccins utiles (tétanos, hépatite A…). Normalement les enfants sont à jour sur les génériques, après à vous de voir si vous souhaitez tous les faire ou pas, en fonction aussi des régions plus ou moins à risques… Pour l’anecdote, nous avons réalisé que nous n’étions plus à jour pour le tétanos 15 jours avant de partir, avec une rupture de stock sur le vaccin nécessaire… Gloups 😉

Une fois ces impératifs passés, il reste plusieurs mois pour réfléchir à ce qu’on veut visiter, les lieux incontournables et les envies…

Vue de la piscine sur le toit du Jasmine Hôtel – Hué –

Après avoir listé tout ce que nous voulions voir, nous avons dégrossi en éliminant les sites trop éloignés et avons privilégié ceux qui concentraient plusieurs centres d’intérêt. Pour élaborer notre parcours, les suggestions des guides sont également très utiles. Enfin, nous avons veillé à prévoir des phases de farniente avec des destinations « plage », et ce plutôt sur la fin de notre séjour.

Pour les hôtels, j’ai appliqué la méthode que m’a conseillée mon père, que j’ai trouvée très pratique : il s’agit de comptabiliser toutes les nuits, de l’arrivée au départ, et de déterminer le nombre de nuits que nous désirons passer dans tel ou tel lieu. Alors pourquoi les nuits et pas les jours ? Parce que c’est plus facile de s’y retrouver pour les réservations d’hôtels et pour les déplacements entre chaque lieu.

Notre chambre à l’hôtel Green Peace Hôtel – Nha Trang

Il ne reste plus qu’à calculer la durée du séjour dans chacune des villes, en prenant en compte les différentes activités et visites possibles pour pouvoir réserver les hôtels et les déplacements.

Notre avis a posteriori :

Etaler la préparation sur plusieurs mois avec un coup d’accélérateur sur le dernier mois convenait bien à notre fonctionnement : cela nous a permis de nous débarrasser des démarches administratives dès le début, d’avoir le temps de prendre des informations sur différents supports et de construire notre parcours en connaissance de cause. Le dernier mois plus intense nous a permis de bien nous mettre dans le bain car réserver les hôtels a rendu les choses plus concrètes.

Hôtels, déplacements, circuits : réserver ou pas ?

Notre chambre familiale au Jasmine Hôtel – Hué –

Il est tout à fait possible de ne réserver  que sa 1ère nuit à l’hôtel et effectuer ses réservations au fur et à mesure une fois sur place car l’offre hôtelière est très importante . Mais quand on voyage en famille, c’est un peu plus périlleux de s’en remettre au hasard, d’autant plus que nous voulions une chambre familiale et non pas 2 chambres, des petit-déjeuners inclus et un certain confort (climatisation et piscine dans la mesure du possible).

La piscine sur le toit du Jasmine Hôtel – Hué –

Pour les hôtels, nous sommes donc passés par booking.com, en checkant sur les guides des recommandations ou des coups de coeur. La réservation n’étant pas payante, nous pouvions ainsi avoir une bonne visibilité sur le budget à prévoir. Nous avons fait cela un mois avant le départ.

Budget : pour une chambre pour 4 personnes avec des prestations de type 3*, il faut compter entre 35 et 55 € la nuit.

Un king size bed de compete 

En ce qui concerne les déplacements entre les villes, c’est un peu plus complexe car il existe de nombreux moyens de transport et il n’est pas évident de se décider.

Pour les longues distances (entre 500 et 2000 km), nous avons privilégié l’avion pour une question de temps : pour relier Hanoi (Nord) de Ho Chi Minh (Sud), il faut compter 2 h 30 en avion, 30 h en train et quasiment 24 h en bus… Les vols intérieurs sont nombreux, toutes les villes « moyennes » sont desservies et il existe 3 compagnies aériennes, dont 2 low cost.

Nous avons pris 2 vols internes et sommes passés par le site de Go Voyages, environ 2/3 mois avant le voyage.

Budget : entre 20 et 50 € par personne selon la distance et les horaires

Il faut bien penser au transfert de l’aéroport à l’hôtel, que nous avons négocié directement avec l’hôtel via le site booking.com.

Le 3ème chariot de nourriture sur 4 en 2 h 30 de voyage !

Pour le fun, nous avons également pris le train pour relier Hué (centre) à Danang (centre aussi), distantes de 100 km : 2 h 30 de voyage en passant par le fameux Col des Nuages, avec des paysages de toute beauté et un confort qui n’a rien à envier aux voyages en avion low cost, les chariots repas en plus !

Budget : 7 € par personne

Nous avons également testé le bus couchette, ou Sleeping Bus, très prisé des jeunes voyageurs en sac à dos car vraiment pas cher. Un peu moins adapté aux familles mais avec des enfants à partir de 7 ans, c’est tout à fait faisable. Ces lignes Open Bus relient le nord au sud avec des haltes dans les principales villes. Nous avons testé une nuit dans le bus pour rejoindre Nha Trang (station balnéaire dans le sud) à partir de Hoi An (centre) : on n’y est un peu à l’étroit, les pause pipi sont rares (et vraiment pas ragoûtantes) mais cela permet d’admirer le paysage, contrairement à l’avion.  La conduite au Vietnam étant … euh disons pittoresque, il vaut mieux avoir le coeur bien accroché.

3 rangées de places couchées, 2 étages et nous et nous et nous

Nous l’avons pris à 2 autres reprises, mais cette fois-ci de jour.

Budget : moins de 30 € par personne, billet valable pour toutes destinations (dans un seul sens par contre) à partir du moment où vous avez indiqué vos arrêts au moment de l’achat. Ainsi vous pouvez vous arrêter le nombre de jours que vous le souhaitez dans une ville et reprendre le bus avec le même billet pour la prochaine étape. Il suffit de prévenir l’agence locale 24 h avant le départ.

C’est notre hôtel de Hanoi qui s’est occupé des billets de bus et de train : la plupart des hôtels propose ce service à leurs clients, tout comme la réservation de circuits touristiques.

Notre bateau pour la baie d’Along

Le seul circuit touristique que nous avons pris à l’avance, c’était pour la baie d’Along. Comme nous tenions vraiment à la découvrir dans de bonnes conditions, nous avons suivi les conseils d’une amie partie 2 ans plus tôt et avons sollicité Ethnic Travel, agence connue pour ses circuits un peu différents, loin des lieux touristiques et au nombre de voyageurs limité. Tout s’est fait par mail et nous avons versé 2 mois avant le départ un acompte correspondant à la moitié du prix. Nous avons réglé le solde directement à l’agence une fois à Hanoi.

Notre cabine pour la nuit : tout confort !

Budget : pour un circuit de 2 jours et 1 nuit sur le bateau, repas et transferts compris, compter 100 € par personne.

Pour les autres circuits, nous nous sommes décidés une fois sur place, et avons plutôt privilégié la location d’une voiture (avec chauffeur – c’est obligatoire -) à la journée pour les visites sur les sites avoisinants.

Notre avis a posteriori :

Nous avons été contents de nos choix d’hôtels, hormis le dernier qui était d’un standing un peu en deça des autres mais c’était également le moins cher, et d’avoir réservé à l’avance : c’est toujours agréable d’arriver dans un nouveau lieu et de se sentir attendu.

Piscine de l’hôtel Sunrise Village à Mui Nè, à 20 m de la plage

Pour le circuit dans la Baie d’Along, c’était également une très bonne chose d’avoir réservé à l’avance mais plus par commodité : cela nous a permis de comparer tranquillement dans notre canapé les différentes prestations et de prendre notre décision à tête reposée. Si nous avions fait notre choix sur place, devant l’offre pléthorique des agences et des circuits, nous aurions dû nous décider plus rapidement, sans être vraiment certains de faire le bon choix.

Et ne pas s’être engagés sur d’autres circuits était judicieux : nous avons pu prendre en compte la météo, la fatigue, et les envies de chacun avant de nous engager.

Je me rends compte que ce premier article sur le Vietnam est déjà bien trop long donc je vais en rester là pour l’instant !

A très vite pour la suite !

Back !

Bon ok, ça fait un mois déjà que je suis rentrée officiellement de vacances mais entre les week-ends où les copains débarquent – Lyon étant idéalement située sur le chemin des vacances, que vous alliez à la mer ou à la montagne – , le pont du 15 août où nous avons rejoint des amis dans le Gard, et les (encore) longues soirées d’été, j’avoue que j’étais encore en mode Détente, et du coup le blog aussi !

Et voilà qu’arrive déjà Septembre, toujours synonyme de nouveautés, de bonnes résolutions, portées par l’énergie incroyable des vacances. En ce qui me concerne, c’est l’occasion, plus qu’en Janvier d’ailleurs, de revoir mon organisation, de me fixer des buts à atteindre, de tester des nouveautés… et de les partager avec vous !

Alors quoi de neuf en cette rentrée ?

1 – Alors que j’avais un compte Instagram inactif depuis 2012, j’ai décidé de renouer avec ce réseau, en postant les photos insolites / jolies / rigolotes qui occupent pas mal de place dans mon iPhone et dont je ne savais pas quoi faire. Peut-être que j’en ferai une rubrique spécifique dans le blog. Si vous voulez me suivre, c’est par ici.

2 – Après un tri drastique, je suis arrivée à ramener le nombre de photos de vacances de 1600 à 900 : youpi ! Je me demande par quel bout je vais pouvoir commencer à vous en parler, du coup préparez-vous à une série d’articles conséquents sur le Viet Nam !

3 – Parmi les nouveautés que je souhaite tester en cette rentrée (et des siècles après tout le monde) : le Bullet Journal ! J’avais vu passer des images sur la toile mais j’avoue que je n’étais pas très attirée par cette tendance, l’assimilant à du scrapbooking. Mais j’ai découvert la génèse de cet outil il y a quelques jours, grâce à cette vidéo de Solange te Parle (que j’ai découverte aussi par l’occasion). Je vous en reparle vite également.

4 – Au Viet Nam, je n’ai pas failli à mes habitudes et j’ai acheté (entre autres choses) quelques vêtements de seconde main, dont cette très agréable chemise à pois, parfaite pour la grosse chute de température que nous connaissons depuis hier (quasiment 15° de moins en une nuit) à Lyon. J’adore sa matière très souple – a priori de la viscose – qui est trop chouette au tomber et douce au porter.

Bizarrement, je pensais que l’imprimé pois ne m’allait pas (alors que j’adore sur les autres) mais cette chemise me fait mentir et c’est tant mieux !

Pour la partie supérieure du look, nous avons donc exclusivement du seconde main voire du vintage et pour la partie inférieure, rien de neuf non plus 😉

Imperméable Burberry, sac Pourchet vintage, chemise à pois – seconde main –

Jeans gris La Redoute – vu ici pour la première fois – et Stan Smith – présentées ici

5 – En effet, j’ai décidé de continuer à vous proposer des déclinaisons de looks avec peu de « vraies » nouveautés mais des trouvailles de seconde main et ma garde-robe existante. Cela ne signifie pas que j’arrête les achats de vêtements neufs mais que je vais poursuivre dans ma lancée d’être plus regardante sur les origines, la qualité et donc plus sélective dans mes acquisitions. J’ai amorcé cette tendance il y a déjà 2 ans et ma garde-robe est beaucoup plus allégée mais ce n’est qu’un début ! Là encore, cela fera l’objet de prochains articles sur le blog.

Après vous avoir mis l’eau à la bouche avec ces promesses d’articles, il ne reste plus qu’à m’y mettre, alors à très vite !

Arizona Dream

Oui, vous ne rêvez pas, c’est bien moi : après plus d’un mois de silence radio, je suis de retour !

J’étais donc partie en vacances, vous vous en doutiez… Et pour la première fois en Juillet, pour 4 longues semaines à l’étranger, loin, très loin : au Viet Nam ! Du coup, entre les préparatifs des valises et les achats de dernière minute, les dossiers à boucler au boulot et la logistique liée à une absence un peu longue, je n’ai même pas eu le temps de repasser par ici vous prévenir de l’interruption des programmes…

Pas certaine qu’il y ait beaucoup de monde derrière son écran au mois d’Août mais je ne pouvais pas attendre pour vous faire part de ma découverte, des siècles après tout le monde, du modèle Arizona de Birkenstock : bonheur, confort, bref, une révélation !

Sol de la Citadelle impériale – Hué – Viet Nam –

J’avais testé les Gizeh mais l’entredoigt me faisait un peu mal et j’avais un peu abandonné l’affaire avec cette marque. Mais sur l’insistance de plusieurs copines qui vantaient leur confort (l’une d’elle ne porte que ça pour faire de la marche en montagne (si si)) et devant la nécessité d’avoir des chaussures de marche légères et tout terrain pour mes vacances, je me suis penchée sur la question avant mon départ.

Sols en trompe-l’oeil Green Hôtel – Hué – Viet Nam –

Le modèle avec une seule bande ne me tenant pas assez le pied, je me suis tournée vers les Arizona, plébiscitées par les modeuses du monde entier.

Comme je ne voulais pas payer le prix fort pour un test (75 €), j’ai opté pour le Bon Coin, où j’ai trouvé une paire à ma taille, jamais portées (c’est mieux pour la semelle qui s’adapte à votre pied après quelques jours) pour 35 €. 

Sol du hall de la poste centrale de Saïgon – Viet Nam –

Vous savez que ce n’est pas la première fois que j‘achète des chaussures sur le Bon Coin et que j’en ai toujours été ravie ! Eh bien là encore, ça n’a pas loupé : mes pieds ont immédiatement adopté ces petites merveilles de confort.

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

 – Hoi An – Viet Nam –

Même si j’aurais préféré des noires, le côté argenté m’allait bien pour un essai. Le seul reproche que je puisse leur faire, c’est qu’après un mois d’usage intensif, mes pieds ont bronzé avec la marque des 2 brides 😉

Sol du tombeau  de l’empereur Minh Mang – Hué – Viet Nam –

Autant vous dire qu’elles ont vu du pays et qu’elles ont résisté à à peu près tout : des heures de marches en plein soleil, des visites de grottes boueuses, des pluies torrentielles, des traversées de cours d’eau, du sable, de l’eau de mer…

Dunes de sable rouge – Mui Nè – Viet Nam –

Extrêmement confortables, elles se sont substituées à mes baskets car beaucoup plus adaptées à la température et au fait de devoir se déchausser très souvent (dans les temples, les lieux de vie et même certains magasins).

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

– Hoi An- Viet Nam –

Désormais patinées, je les valide à 100 %, même en argenté, avec d’autant moins de scrupules qu’en plus d’être de seconde main, elles sont fabriquées en Allemagne.

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

– Hoi An – Viet Nam –

Elle est pas belle la vie ? 😉

Je vous dis à très vite pour le compte-rendu en images de ce périple d’un mois au Viet Nam !

Un peu de légèreté

Très régulièrement sur ce blog, je poste des looks « spécial canicule » parce que même si la plupart des bureaux sont climatisés, on n’est jamais à l’abri d’une panne (2 jours la semaine dernière), d’une mise en route tardive (avant le 1er juin, il paraît que ça ne sert à rien) ou d’un trajet en métro (genre au hasard, pour rentrer chez soi).

Concilier tenue de bureau et chaleur étouffante peut relever du vrai challenge car le blazer qui sauve la mise ou les escarpins qui élancent ne sont pas du tout « canicule compatibles » quand le simple fait de cligner des yeux vous fait prendre une suée et que vos pieds ne rentrent plus que dans des Birkenstock modèle pied large.

Dans ces conditions extrêmes – mais plus si exceptionnelles -, j’ai tendance à miser sur une pièce qui va faire tout le travail : soit avec son imprimé, soit avec sa coupe, et compter sur le confort de matières légères.

Ici, c’est bien sûr le top qui fait le job, en plus d’être léger et agréable à porter comme tout. Je vous racontais son histoire ici.

Mais la jupe n’est pas en reste non plus : son coton léger se froisse très peu et sa coupe droite permet une liberté de mouvement bien agréable par ces chaleurs. Avec les lavages successifs, elle s’est un peu délavée mais cela ajoute à son charme, je trouve.

Enfin, ces open-toe Minelli traversent les années (achetées soldées en 2010 quand même) sans faiblir : une hauteur de talons parfaite et du cuir très souple me permettent de les porter de longues journées et soirées, sans jamais avoir mal aux pieds. 

Jupe Somewhere – collection P/E 2014 soldée –

Top Kookaï – collection P/E 2014 soldée –

Chaussures Minelli – collection P/E 2010 soldée  –

Ceinture en cuir Etam – très ancienne collection soldée – 

Sac Pourchet – seconde main – et lunettes Anne et Valentin – Contact Optique Brotteaux

Et quand je fais le point sur ce look 100% bureau friendly, je constate qu’il n’y a que des pièces d’anciennes collections : mon portefeuille est JOIE et ma fibre DD aussi 😉

PS : merci à Biscotte pour ces séances photos où le fou-rire n’est jamais loin !

Détails

Robe Lenny B. portée – collection A/H 2016 soldée –

Veste H&M vue souvent – très ancienne collection (1999 ?) –

Ballerines Repetto portées ici, sac Marc by Marc Jacobs from NY (hiiiii)

Lunettes Anne et Valentin – Contact Optique Brotteaux

Je voulais vous montrer plus en détail la robe que je portais pour le premier mariage de la saison.

Je l’avais justement choisie car je m’imaginais tout à fait la porter au bureau, avec d’autres accessoires.

Ici, associée à mon éternelle veste militaire et à des chaussures plates, elle gagne en coolitude tout en restant chic.

Elle pourrait sembler classique avec sa coupe « 3 trous » et dans cette teinte bleu marine  mais ce sont ses détails qui font toute la différence : l’encolure, avec ses plis de chaque côté, la découpe au dos…

… La ceinture qui permet de la porter plus ou moins taille basse, et le devant de la jupe qui part en portefeuille arrondi…

Encore une fois, j’adore le principe de pouvoir reporter un vêtement à différentes occasions et dans d’autres circonstances, juste en changeant les accessoires.Car il n’y a rien de plus dommage à mon sens qu’un vêtement à usage unique.

Belle (et chaude) semaine à vous !