Dress code

On parle souvent de basiques à avoir dans son dressing, vous savez les pièces un peu icôniques qu’il FAUT détenir et qui sont sensées être le socle de votre garde-robe parce qu’elles ne se démodent jamais, vont avec tout et vous sauvent un entretien pro / un rendez-vous galant / une situation désespérée (oui, tout ça, dans un seul vêtement) ?

Parmi elles, la chemise blanche (toujours pas trouvé la mienne), le blaser noir (ça j’ai), la veste en jeans (aussi), la marinière (bon, elle je l’ai en double triple), et plein d’autres (on n’a pas dit que basiques rimaient avec uniques, hein). Et bien sûr, l’incontournable « petite robe noire » ou LPRN (LBD en version anglaise) : celle sur qui tu peux compter pour te sauver la mise quand tu es en panne d’inspiration.


Alors autant je trouve cette histoire de basiques un peu restrictive – c’est vrai quoi, si ta poitrine opulente rend le port de la chemise blanche ingérable parce que ça baille (vous constatez que je parle en connaissance de cause) ou que tu es allergique aux rayures (si, c’est possible), ou que tu as 3 vestes en jeans dans ton placard mais que tu ne les portes jamais parce que tu n’aimes pas ça (et tu as le droit) -, je dois reconnaître que cette robe-ci est véritablement un basique de mon dressing.


Déjà parce qu’elle est fluide et légère tout en ayant un tombé suffisamment lourd pour bien se tenir, le tout dans une matière infroissable (72 % de viscose) qui en fait une alliée fidèle en toutes circonstances (comprendre au fond de la valise, si en vacances à l’autre bout du monde tu es invitée à une soirée chez l’ambassadeur) et la rend increvable, année après année.

Sa coupe légèrement asymétrique la rend originale sans pour autant lui donner un style trop marqué susceptible de se démoder. Du coup elle traverse les modes et les tendances sans prendre une ride alors que ce n’est pas mon cas, tenez-vous bien, je l’ai acheté en… 1995, à l’occasion du bal du Droit de mon année de Maîtrise : ouais, parfaitement, il y a 23 ans…


A l’époque, je ne m’étais pas dit : « ça, c’est un basique que je porterais encore dans 23 ans » mais force est de constater que c’est le cas, et ça me met en joie. Parce qu’il n’y a pas beaucoup de pièces dans ma garde-robe qui peuvent en dire autant… Ou si peu.


Ici j’ai opté pour des spartiates (parce que je voulais crâner avec mon vernis Monoprix « grenadine ») mais elle se porte bien aussi avec des baskets, type Converse, et une veste en jeans (tiens donc) ou un sweat loose pour casser son côté habillé…

Tout ça pour dire (attention, transition) que vous ne la retrouverez pas sur mon stand au vide-grenier de la Maison de l’Enfance ce Dimanche 24 Juin sur la Place Jean Macé (Lyon 7ème) mais qu’il y aura plein d’autres vêtements (et autres pièces) qui deviendront peut-être vos basiques à vous et ça, ce serait dommage de passer à côté ! 😉

Bien sûr, rien à voir avec les ventes privées d’il y a quelques années mais il y aura de jolies pièces, vous pouvez compter sur moi !

Alors on s’y croise ?

Robe Kookaï – 1995 –

Chemise en jeans M pour Mosquito vue ici – collection P-E 2014 –

Spartiates Les Tropéziennes V2 – je vous en parle ici

Sac Marc by Marc Jacobs – from NY

Collier COS présenté – collection 

Bagues et BO Chic Alors ! – oui, encore une autre paire … –

 

 

Publicités

Un bon coup de teinture

Il arrive d’avoir dans sa penderie, un vêtement qu’on adore mais dont la couleur est un peu défraîchie et/ou ne nous plaît plus. L’astuce dans ces cas-là (et quand la matière le permet), c’est de le teindre pour lui donner une nouvelle jeunesse.

Je l’ai beaucoup fait pour des pièces blanches ou claires qui avaient perdu de leur éclat avec le temps, avec parfois la surprise de voir ressortir les coutures garder la couleur d’origine. Cela créait des contrastes parfois très intéressants, mais aussi parfois affreux.

Avec mon homme, on aime bien les sahariennes marron 😉

J’aime bien la surprise à l’ouverture de la machine, c’est un peu comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber (paie ta référence cinématographique).

Avec l’expérience, je réalise que la teinture fonctionne avec des vêtements dont j’aime vraiment la coupe et qui sont « indispensables » à ma garde-robe.

J’en veux pour preuve ce short, acheté il y a 25 ans chez Naf Naf (à l’époque où il y avait une boutique outlet à la Part-Dieu, c’est dire !) qui était d’un très joli blanc cassé mais qui a fini par jaunir, voire se tâcher et même se trouver, à force d’être porté sans cesse tous les étés. Je l’ai teint en bleu marine il y a quelques années et continue toujours à le mettre.

Ou encore cette saharienne Comptoir des Cotonniers, qui doit bien avoir une douzaine d’années et qui avait fini par se décolorer au soleil. Un petit coup de teinture dans la même couleur et hop, elle est réellement comme neuve !

Idem pour cette jupe Somewhere, qui commençait également à montrer des signes de fatigue.

Cela peut fonctionner également en cas de tâches légères mais seulement sur les pièces claires et que vous décidez de teindre dans une couleur très foncée.

Ainsi pour ce chino Gap qui s’est décoloré suite à un nettoyage (de tâche donc) au savon : il y avait une auréole claire là où j’ai frotté (note pour plus tard : ce savon est donc un super détachant). Je vous le montre porté dans un prochain look.

Pour les autres, tee-shirt ou débardeur à la coupe pas fabuleuse mais que je ne voulais pas écarter avant d’avoir tenté un petit coup de couleur, c’est un peu la loterie et je dirais que pour l’instant, je ne suis pas vraiment convaincue du résultat.

Le cas de ma jupe Kookaï est assez particulier : si vous me suivez depuis un moment, vous l’avez certainement déjà vue ici ou là et je vous ai toujours dit que je n’arrivais pas à savoir si j’aimais ou pas sa couleur, alors que sa coupe est géniale. Comme je rencontrais quelques difficultés à l’associer, je me suis décidée à la teindre dans le coloris Denim foncé mais j’avoue que je ne l’ai pour l’instant pas plus portée… A voir à l’usage.

Conclusion : la teinture, c’est pour les pièces sûres (le slogan de folie).

Blague à part, quand on cherche à limiter sa consommation de vêtements, je pense sincèrement que la teinture est une option à considérer !

 

Cos toujours


Non seulement je suis de retour sur le blog mais en plus je suis au top de ma forme question titre, vous trouvez pas ?

OK alors là, je vous présente rien moins que mon coup de coeur vestimentaire de cette saison, qui se trouve être un pantalon de chez COS, que j’ai stoppé à -50% lors des 3Jquidurent2semaines des Galafs.

Vous savez que c’est chez eux que j’ai déjà trouvé des pantalons ajustés et bien sous toutes coutures que vous avez pu voir et et aussi ici.

Dans un genre complètement différent, celui-ci m’a plu pour sa coupe très graphique, tendance japonisante, et sa taille haute (et voui, encore !). Il me rappelle beaucoup des pantalons larges que je portais il y a 15 ans et dont j’aimais le joli mouvement ample sur les jambes.

Et bien sûr, il a des POCHES ce qui le rend absolument trop cool.

En plus, on ne sait pas vraiment dire si c’est un pantalon large ou une jupe, voire une jupe-culotte, et ça j’adore !

Oui, je suis enthousiaste. En même temps, j’ai le droit : il fait partie de ces pièces qui me mettent en joie quand je les enfile et ça, c’est super précieux. Ils ne courent pas les penderies, les vêtements qui ont le don de vous faire sentir légère et conquérante, tout en étant faciles à vivre…

Je me rends compte que je suis de plus en plus attentive à cela, quand j’achète une fringue : à ce que je ressens quand je l’enfile. Si elle me met de bonne humeur, c’est quand même plus agréable, non ? 😉

Ce précieux a un seul défaut : il est en laine ! Une laine très fine, une laine tissée comme un costume donc légère mais une laine quand même, ce qui signifie qu’il faudra que je l’oublie en plein été…

En attendant, à moi l’enthousiasme et la joie !

Veste en jeans Zara Kids portée – très très ancienne collection (sans mentir, je pense que cette veste a plus de 15 ans) –

Ballerine Repetto – vues ici, achetées en 2015 –

Sac Marc by Marc Jacobs – acheté en 2010 à NY (hiii) –

Tee-shirt Princesse Tam Tam – porté ici, cadeau magazine 2016 –

Collier et BO Chic Alors !

Lunettes de ma vie Yellow Plus, présentées Contact Optique Brotteaux

Pantalon coup de coeur COS – collection A/H 2018 soldée –

Quoi de neuf, Doc ?

On est en Mai depuis 15 jours et personne ne m’a rien dit ??? J’ai beau réfléchir, je ne sais pas où est passé le mois d’Avril… En tout cas, le blog était au repos, lui 😉 Pourtant, ce ne sont pas les idées d’articles qui manquent mais ça fait du bien aussi de faire une pause !

Je reviens donc avec un look adapté à la météo un peu étrange de ces derniers jours, où la pluie côtoie les températures un peu frisquettes, surtout le matin !

Pour me rattraper, j’ai condensé pas mal de nouveautés dans ma tenue du jour. S’il s’agit de pièces encore jamais vues sur le blog, elles ont intégré mon dressing depuis plus ou moins longtemps déjà.

C’est le cas de ce gilet en cachemire Loft Design By, dégotté aux soldes d’hiver à 35 € au lieu de 230 €. Oui, bon c’était à la boutique outlet et il était déjà déclassé à 85 € mais cela reste quand même une très très bonne affaire !

J’avais envie d’un jeans taille haute, et cela n’a pas été une mince affaire d’en trouver un qui me convienne car entre les délavages trop clairs et les coupes peu flatteuses, j’ai dû écumer un certain nombre d’enseignes avant de trouver mon bonheur. C’est encore une fois chez H&M que j’ai finalement mis la main sur ce que je voulais et comme avec ma taille, un « regular waist » correspond quasiment à un « high waist », j’ai choisi cette option qui offre un compromis satisfaisant.

La taille haute, c’est un vrai bonheur niveau confort et cela laisse la possibilité de porter des hauts plus courts sans que ne se pose le problème de devoir tout le temps rentrer son top comme avec une coupe taille basse.

cette photo est garantie sans rire jaune 

La tendance ces derniers temps étant à la blouse romantique, j’ai également craqué pour ce haut Uniqlo, en promo à 14,90 €. Même si c’est un coton qui se froisse très vite, j’aime beaucoup les détails du col et des manches, ainsi que le côté ajouré. Je l’imagine bien l’été avec un short et des sandales.

Je profite de l’occasion pour vous présenter la 2ème paire de boucles d’oreille achetées lors des VP Chic Alors ! où j’ai fait une petite razzia d’accessoires que je porte sans me lasser depuis leur achat : vous avez pu voir les BO losanges ainsi que le ras de cou.

Enfin, last but not least, vous avez peut-être remarqué mes toutes nouvelles lunettes ? Cela faisait quelques années que je n’avais pas changé de monture, et c’est chose faite avec celles-ci qui sont un peu mon Graal en matière de lunettes. En effet, depuis que je suis toute petite, je rêve d’avoir des montures en écaille mais mon nez ne me le permet pas (je vous avais déjà parlé ici et ).

Mon rêve est désormais devenu réalité grâce à Yellow Plus, une marque japonaise (ceci explique peut-être cela, hi hi) qui a eu la bonne idée de doubler la monture en écaille de patins métalliques pour bien caler le tout aux arêtes du nez. Je vis donc un rêve éveillé depuis 3 semaines, rien que ça 😉

Et j’ai encore d’autres nouveautés à vous montrer mais cela fera l’objet d’un prochain article : les affaires reprennent on dirait !

A très vite !

Blouse Uniqlo – collection soldée A-H 2017/2018

Jeans H&M – collection actuelle –

Gilet long Loft Design By – outlet soldé –

Chelsea Boots Free Lance présentées – collection P/E 2017 soldée –

Foulard Pièces vu ici et ceinture en cuir achetée chez Popleen – anciennes collections –

Sac Marc by Marc Jacobs – from NY

Lunettes Yellow Plus – Contact Optique Brotteaux

Imperméable Burberry porté – seconde main – 

 

The Beauty and the Best #7

Je réalise que ce sera encore un article presque complètement BIOty and the Best puisque tous les articles sauf un sont bio.

1 -Huile sèche multi-usage Cattier 12€

J’ai découvert la marque Cattier avec ses pains de savon (que du coup je ne peux pas vous montrer mais que je vous recommande chaudement) et c’est donc tout naturellement que lorsque j’ai cherché une huile à tout faire pour les vacances, j’ai tenté celle-ci.

J’avais besoin d’une hydratation totale (corps, cheveux, visage) et de voyager léger : cette huile répondait à tous ces critères et j’ai vraiment apprécié son application facilitée par le spray, l’absorption rapide par la peau et le fait qu’elle laisse un léger effet satiné mais pas collant.

En cas de forte sécheresse cutanée, il vaut mieux choisir un soin plus nourrissant, cette huile jouant plutôt un rôle de prévention.

2 – Beurre de karité Cattier 4€

Du coup pour nourrir ma peau en période froide, je me suis laissée tentée par le beurre de karité de la même marque, dont Waffo avait parlé sur son blog. Hyper dense, il faut en prélever une noisette et la chauffer entre ses mains afin de pouvoir l’appliquer. Si je constate que son effet hydratant est vraiment efficace, j’avoue avoir un peu de mal avec son application qui est un peu difficile : la texture est épaisse, il faut bien l’étaler et la peau est un peu collante. Je privilégie donc une pose le soir au coucher, en plus le produit a bien le temps d’agir. Et je constate effectivement que ma peau est bien nourrie et souple, et ce pendant plusieurs jours.

3 – Huile de coco Aromaya 8€

L’huile pour les cheveux, je vous en avais déjà parlé ici. Cette fois-ci, j’ai testé l’huile de coco en pot, de la marque Aromaya. Elle est plus facile à prélever qu’en flacon, d’autant plus qu’en cette saison, elle est sous forme solide, ce qui est bien pratique. Je l’utilise également pour le corps, et elle est beaucoup plus facile à étaler que le beurre de karité car moins dense (mais un peu moins nourrissante quand même).

4 – Gommage à l’argile blanche 4€

Toujours chez Cattier, j’ai testé le gommage à l’argile blanche et aloé vera et j’en suis ravie. Après le gommage Clarins dont j’étais fan, je voulais passer à un produit plus naturel et bio et ce produit m’a convaincue. L’argile blanche a une effet astringent sur ma peau donc en plus d’être débarrassée de ses peaux mortes, ses pores sont resserrées, c’est très agréable comme sensation. A l’application, la texture donne l’impression d’avoir un masque, du coup je laisse poser le temps de la douche.

5 – Soin booster cils et sourcils Embryolisse 17€

Enfin, le seul produit non bio de ma sélection, c’est le soin booster cils et sourcils de ma marque fétiche Embryolisse. Je vous avais déjà parlé ici et là de leurs soins et j’avais très envie de tester cette nouveauté car leurs produits tiennent bien leur promesse. J’avais constaté un léger éclaircissement de mes sourcils et j’avais tendance à renforcer leur ligne avec un crayon. Ce produit se présente sous la forme d’un mascara transparent, qui a l’avantage de gainer les cils et les sourcils en plus de les soigner. Après quelques semaines d’utilisation, je constate effectivement une légère densification des sourcils, au point que je ne ressent plus le besoin de les redessiner. Quant aux cils, c’est moins flagrant mais bon, je pars de loin aussi, vous le savez 😉

Bonne semaine à vous !

Back !

Bon ok, ça fait un mois déjà que je suis rentrée officiellement de vacances mais entre les week-ends où les copains débarquent – Lyon étant idéalement située sur le chemin des vacances, que vous alliez à la mer ou à la montagne – , le pont du 15 août où nous avons rejoint des amis dans le Gard, et les (encore) longues soirées d’été, j’avoue que j’étais encore en mode Détente, et du coup le blog aussi !

Et voilà qu’arrive déjà Septembre, toujours synonyme de nouveautés, de bonnes résolutions, portées par l’énergie incroyable des vacances. En ce qui me concerne, c’est l’occasion, plus qu’en Janvier d’ailleurs, de revoir mon organisation, de me fixer des buts à atteindre, de tester des nouveautés… et de les partager avec vous !

Alors quoi de neuf en cette rentrée ?

1 – Alors que j’avais un compte Instagram inactif depuis 2012, j’ai décidé de renouer avec ce réseau, en postant les photos insolites / jolies / rigolotes qui occupent pas mal de place dans mon iPhone et dont je ne savais pas quoi faire. Peut-être que j’en ferai une rubrique spécifique dans le blog. Si vous voulez me suivre, c’est par ici.

2 – Après un tri drastique, je suis arrivée à ramener le nombre de photos de vacances de 1600 à 900 : youpi ! Je me demande par quel bout je vais pouvoir commencer à vous en parler, du coup préparez-vous à une série d’articles conséquents sur le Viet Nam !

3 – Parmi les nouveautés que je souhaite tester en cette rentrée (et des siècles après tout le monde) : le Bullet Journal ! J’avais vu passer des images sur la toile mais j’avoue que je n’étais pas très attirée par cette tendance, l’assimilant à du scrapbooking. Mais j’ai découvert la génèse de cet outil il y a quelques jours, grâce à cette vidéo de Solange te Parle (que j’ai découverte aussi par l’occasion). Je vous en reparle vite également.

4 – Au Viet Nam, je n’ai pas failli à mes habitudes et j’ai acheté (entre autres choses) quelques vêtements de seconde main, dont cette très agréable chemise à pois, parfaite pour la grosse chute de température que nous connaissons depuis hier (quasiment 15° de moins en une nuit) à Lyon. J’adore sa matière très souple – a priori de la viscose – qui est trop chouette au tomber et douce au porter.

Bizarrement, je pensais que l’imprimé pois ne m’allait pas (alors que j’adore sur les autres) mais cette chemise me fait mentir et c’est tant mieux !

Pour la partie supérieure du look, nous avons donc exclusivement du seconde main voire du vintage et pour la partie inférieure, rien de neuf non plus 😉

Imperméable Burberry, sac Pourchet vintage, chemise à pois – seconde main –

Jeans gris La Redoute – vu ici pour la première fois – et Stan Smith – présentées ici

5 – En effet, j’ai décidé de continuer à vous proposer des déclinaisons de looks avec peu de « vraies » nouveautés mais des trouvailles de seconde main et ma garde-robe existante. Cela ne signifie pas que j’arrête les achats de vêtements neufs mais que je vais poursuivre dans ma lancée d’être plus regardante sur les origines, la qualité et donc plus sélective dans mes acquisitions. J’ai amorcé cette tendance il y a déjà 2 ans et ma garde-robe est beaucoup plus allégée mais ce n’est qu’un début ! Là encore, cela fera l’objet de prochains articles sur le blog.

Après vous avoir mis l’eau à la bouche avec ces promesses d’articles, il ne reste plus qu’à m’y mettre, alors à très vite !

Arizona Dream

Oui, vous ne rêvez pas, c’est bien moi : après plus d’un mois de silence radio, je suis de retour !

J’étais donc partie en vacances, vous vous en doutiez… Et pour la première fois en Juillet, pour 4 longues semaines à l’étranger, loin, très loin : au Viet Nam ! Du coup, entre les préparatifs des valises et les achats de dernière minute, les dossiers à boucler au boulot et la logistique liée à une absence un peu longue, je n’ai même pas eu le temps de repasser par ici vous prévenir de l’interruption des programmes…

Pas certaine qu’il y ait beaucoup de monde derrière son écran au mois d’Août mais je ne pouvais pas attendre pour vous faire part de ma découverte, des siècles après tout le monde, du modèle Arizona de Birkenstock : bonheur, confort, bref, une révélation !

Sol de la Citadelle impériale – Hué – Viet Nam –

J’avais testé les Gizeh mais l’entredoigt me faisait un peu mal et j’avais un peu abandonné l’affaire avec cette marque. Mais sur l’insistance de plusieurs copines qui vantaient leur confort (l’une d’elle ne porte que ça pour faire de la marche en montagne (si si)) et devant la nécessité d’avoir des chaussures de marche légères et tout terrain pour mes vacances, je me suis penchée sur la question avant mon départ.

Sols en trompe-l’oeil Green Hôtel – Hué – Viet Nam –

Le modèle avec une seule bande ne me tenant pas assez le pied, je me suis tournée vers les Arizona, plébiscitées par les modeuses du monde entier.

Comme je ne voulais pas payer le prix fort pour un test (75 €), j’ai opté pour le Bon Coin, où j’ai trouvé une paire à ma taille, jamais portées (c’est mieux pour la semelle qui s’adapte à votre pied après quelques jours) pour 35 €. 

Sol du hall de la poste centrale de Saïgon – Viet Nam –

Vous savez que ce n’est pas la première fois que j‘achète des chaussures sur le Bon Coin et que j’en ai toujours été ravie ! Eh bien là encore, ça n’a pas loupé : mes pieds ont immédiatement adopté ces petites merveilles de confort.

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

 – Hoi An – Viet Nam –

Même si j’aurais préféré des noires, le côté argenté m’allait bien pour un essai. Le seul reproche que je puisse leur faire, c’est qu’après un mois d’usage intensif, mes pieds ont bronzé avec la marque des 2 brides 😉

Sol du tombeau  de l’empereur Minh Mang – Hué – Viet Nam –

Autant vous dire qu’elles ont vu du pays et qu’elles ont résisté à à peu près tout : des heures de marches en plein soleil, des visites de grottes boueuses, des pluies torrentielles, des traversées de cours d’eau, du sable, de l’eau de mer…

Dunes de sable rouge – Mui Nè – Viet Nam –

Extrêmement confortables, elles se sont substituées à mes baskets car beaucoup plus adaptées à la température et au fait de devoir se déchausser très souvent (dans les temples, les lieux de vie et même certains magasins).

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

– Hoi An- Viet Nam –

Désormais patinées, je les valide à 100 %, même en argenté, avec d’autant moins de scrupules qu’en plus d’être de seconde main, elles sont fabriquées en Allemagne.

Sol de la maison commune de la congrégation chinoise du Fujian

– Hoi An – Viet Nam –

Elle est pas belle la vie ? 😉

Je vous dis à très vite pour le compte-rendu en images de ce périple d’un mois au Viet Nam !

Un peu de légèreté

Très régulièrement sur ce blog, je poste des looks « spécial canicule » parce que même si la plupart des bureaux sont climatisés, on n’est jamais à l’abri d’une panne (2 jours la semaine dernière), d’une mise en route tardive (avant le 1er juin, il paraît que ça ne sert à rien) ou d’un trajet en métro (genre au hasard, pour rentrer chez soi).

Concilier tenue de bureau et chaleur étouffante peut relever du vrai challenge car le blazer qui sauve la mise ou les escarpins qui élancent ne sont pas du tout « canicule compatibles » quand le simple fait de cligner des yeux vous fait prendre une suée et que vos pieds ne rentrent plus que dans des Birkenstock modèle pied large.

Dans ces conditions extrêmes – mais plus si exceptionnelles -, j’ai tendance à miser sur une pièce qui va faire tout le travail : soit avec son imprimé, soit avec sa coupe, et compter sur le confort de matières légères.

Ici, c’est bien sûr le top qui fait le job, en plus d’être léger et agréable à porter comme tout. Je vous racontais son histoire ici.

Mais la jupe n’est pas en reste non plus : son coton léger se froisse très peu et sa coupe droite permet une liberté de mouvement bien agréable par ces chaleurs. Avec les lavages successifs, elle s’est un peu délavée mais cela ajoute à son charme, je trouve.

Enfin, ces open-toe Minelli traversent les années (achetées soldées en 2010 quand même) sans faiblir : une hauteur de talons parfaite et du cuir très souple me permettent de les porter de longues journées et soirées, sans jamais avoir mal aux pieds. 

Jupe Somewhere – collection P/E 2014 soldée –

Top Kookaï – collection P/E 2014 soldée –

Chaussures Minelli – collection P/E 2010 soldée  –

Ceinture en cuir Etam – très ancienne collection soldée – 

Sac Pourchet – seconde main – et lunettes Anne et Valentin – Contact Optique Brotteaux

Et quand je fais le point sur ce look 100% bureau friendly, je constate qu’il n’y a que des pièces d’anciennes collections : mon portefeuille est JOIE et ma fibre DD aussi 😉

PS : merci à Biscotte pour ces séances photos où le fou-rire n’est jamais loin !

Blouse sisters

On atteint des sommets en matière de jeux de mots par ici, non ? 😉

Blouson en cuir Kookaï vu ici (entre autres) – ancienne collection soldée –

Blouse Vero Moda – collection soldée A/H 2016-2017 –

Sac Pourchet, jeans Levis et escarpins Cordoan – seconde main –

Ceinture Cos portée ici – collection P-E 2016 soldée –

Chèche tunisien – cadeau d’une copine –

Voici donc l’autre blouse, qui ressemble beaucoup à celle que je vous montrais ici, même si sa couleur est quand même moins neutre.

Seuls quelques détails au niveau des manches et de la longueur diffèrent : une patte de boutonnage en velours un ton plus foncé pour les manches et une longueur qui lui permet également d’être portée en tunique.

Ces blouses s’associent très bien également à un jeans, pour un look un peu plus casual tout en restant assez féminin.

C’est la seule nouveauté de ma tenue car pour leur reste, on a de l’ancien, voire du très ancien avec mon blouson en cuir (je crois bien que je l’ai depuis 10 ans maintenant) et comme toujours de la seconde main.

Je vous souhaite une très belle semaine, sous le signe de la douceur !

 

C’est la course !

Depuis maintenant presque un an et demi, je me suis (re)mise à la course à pied.

« Remise » car lorsque j’étais étudiante, j’ai couru un temps mais sans faire de très longues distances. Puis après la naissance de Petite Soeur, je me suis un peu équipée mais je n’ai pas tenu plus de 3/4 mois car se dégager du temps avec deux enfants en bas âge était un peu compliqué.

« Mise » parce que c’est finalement la première fois que je fais preuve d’autant de régularité – une sortie par semaine minimum – et de constance – depuis Septembre 2015 -.

Motivée par le fait de compléter ma pratique du Pilates par une activité faisant plus travailler le cardio, la solution la plus simple, c’était quand même le running : praticable partout, modulable en fonction du temps dont on dispose et surtout sans investissement financier trop conséquent.

Tenue de course Kalenji – Décathlon

Baskets Saucony

Lunettes Adidas – Contact Optique Brotteaux

Bon, c’était sans compter sur ma vieillitude 😉 : se mettre à la course à mon âge avancé n’est pas sans conséquence sur les articulations si on est mal chaussé.

Car avoir de « bonnes chaussures » quand on court, ce n’est pas avoir des baskets de running choisies pour leur look ou la promotion dont elles bénéficient mais c’est de les choisir en fonction de son type de foulée. Je l’ai appris à mes dépens : après quelques semaines, j’ai commencé à ressentir de très fortes douleurs aux genoux car je n’avais pas les chaussures adaptées…

Une fois bien conseillée sur les modèles adéquats et vu un podologue pour la réalisation de semelles orthopédiques, j’ai pu vraiment courir sans douleur et aussi incroyable que cela puisse paraître, avec plaisir !

Je me suis même équipée de lunettes de sport adaptées à ma vue : ne sont-elles pas futuristes ? 😉

Sans être complètement accro à la course à pied, je prend plaisir à faire ma sortie hebdomadaire de 10 km et envisage sérieusement de pouvoir rajouter une séance supplémentaire par semaine. Ce qui est vraiment gratifiant, c’est de voir ses progrès au fil des sorties : je suis moins essoufflée et plus endurante.

Comme quoi, tout arrive 😉