Détails

Robe Lenny B. portée – collection A/H 2016 soldée –

Veste H&M vue souvent – très ancienne collection (1999 ?) –

Ballerines Repetto portées ici, sac Marc by Marc Jacobs from NY (hiiiii)

Lunettes Anne et Valentin – Contact Optique Brotteaux

Je voulais vous montrer plus en détail la robe que je portais pour le premier mariage de la saison.

Je l’avais justement choisie car je m’imaginais tout à fait la porter au bureau, avec d’autres accessoires.

Ici, associée à mon éternelle veste militaire et à des chaussures plates, elle gagne en coolitude tout en restant chic.

Elle pourrait sembler classique avec sa coupe « 3 trous » et dans cette teinte bleu marine  mais ce sont ses détails qui font toute la différence : l’encolure, avec ses plis de chaque côté, la découpe au dos…

… La ceinture qui permet de la porter plus ou moins taille basse, et le devant de la jupe qui part en portefeuille arrondi…

Encore une fois, j’adore le principe de pouvoir reporter un vêtement à différentes occasions et dans d’autres circonstances, juste en changeant les accessoires.Car il n’y a rien de plus dommage à mon sens qu’un vêtement à usage unique.

Belle (et chaude) semaine à vous !

Flower power

img_65912b252812529

Blazer Tex et top Mango – collection P/E 2015 – 

Pantalon COS – collection A/H 2014-2015 –

Ballerines Repetto et sac Marc by Marc Jacobs

Bandeau Princesse Tam Tam et lunettes Anne et Valentin – très anciennes collections –

BO Agatha et montre Casio

Bracelet Moa (offert pour toute commande Spartoo – je suis optimiste : je me suis acheté des tongs – )

Je me suis dit que ce n’était pas parce que le soleil a décidé de nous bouder depuis quelques temps qu’il fallait continuer à s’habiller comme si nous n’étions jamais sortis de l’hiver !

img_65952b252812529

Alors pour les petites robes et les sandales, c’est peut-être encore un peu tôt mais rien n’empêche de dégainer les couleurs pimpantes et les motifs floraux, histoire de narguer la grisaille ambiante.

J’ai donc ressorti ce blazer aux imprimés botaniques et l’ai associé à mon pantalon fétiche de chez COS pour une tenue de bureau « originale mais pas trop ».

img_65962b252812529

Ce petit haut de chez Mango a été déniché pendant les soldes de l’été dernier, lors de ma quête de tops sobres et chics pour le travail. Je n’avais pas eu l’occasion de vous le montrer depuis.

img_65992b252812529

Avec mes incontournables ballerines Repetto, voici un look chic et confortable comme je les aime.

Je vous souhaite une belle semaine, pleine de douceur et d’amour…

img_66112b252812529

A la hauteur

img_6465

J’ai longuement réfléchi avant de sauter le pas, vous le savez.

Et depuis que je les ai reçues, je les ai admirées sous toutes les coutures sans oser les porter, en grande fétichiste que je suis 😉

img_6468

Veste en jeans Zara Kids – très ancienne collection – et chèche souvenir de Mayotte

Pull Outlet Loft Design By déjà porté ici, sac Marc by Marc Jacobs – from NY 2010

Pantalon American Vintage vu là – collection récurrente – 

Ceinture Le Tanneur et salomés Bahia de Repetto – seconde main – 

img_6473

Entre la pluie, le froid et la crainte de les abîmer, je ne les ai étrennées que la semaine dernière, avec beaucoup de précautions.

img_6482

La hauteur de talon – 7 cm – est ce que je peux (sup)porter de plus haut donc je ne les mettrai pas quotidiennement mais occasionnellement, elles sont vraiment confortables pour des chaussures de cette catégorie.

img_6489

Je les ai portées toute la journée de Mardi dernier, sans lésiner sur mes déplacements (mon appli indique 8583 pas, ce qui est au-dessus de ma moyenne habituelle).

Bilan : pas d’ampoule ni de cheville tordue, et un léger échauffement à l’avant du pied en fin de journée.

Bref, un achat réfléchi et à la hauteur de mes espérances !

Le Bon Coin : le bon plan ?

J’ai l’habitude, après chaque vide-dressing que j’organise, de consacrer la somme ainsi obtenue à un « gros » achat symbolique, pour marquer le coup.

Une année, cela a été un beau manteau et des bottes cavalières.

Une autre, j’ai emmené toute ma petite famille voir Mickey.

Et j’ai même pu me payer mes billets d’avions pour New-York il y a 6 ans !

Suite au dernier vide-dressing, je m’étais dit que j’allais m’offrir, avec le pactole récolté, de belles pièces pour ma garde-robe, des indispensable intemporels.

img_5873

J’ai commencé avec ce sac Lancel acheté lors d’une vente caritative que je vous montrais ici.

J’avais également envie, après m’être allégée de plusieurs paires de chaussures, de m’offrir une paire iconique. Dans cet article, je vous parlais de ma volonté de désormais choisir mes chaussures de façon beaucoup plus stricte, en évitant de me disperser et donc de multiplier les paires. J’ai noté qu’il me manquait une belle paire de chaussures à talon, suffisamment chics pour « faire » une tenue mais relativement confortables pour que je puisse les porter tout au long d’une journée de travail.

IMG_3037

Mon choix s’est arrêté sur des salomés Repetto, le modèle Baya avec son talon de 7 cm me faisant les yeux doux depuis un moment, dans un coloris noir, classique mais indémodable. Comme il n’y avait pas d’urgence, j’ai attendu les soldes d’hiver, à l’affût d’une réduction. Mais les modèles (très peu) soldés-étaient vraiment trop « originaux » et celui que je voulais n’était bien sûr pas concerné par les réductions puisqu’il s’agit d’un modèle reconduit depuis plusieurs saisons. Même si dans l’absolu j’avais le budget, je ne me suis pas résolue à les acheter plein pot (255 € quand même ! Alors bien sûr, on paie la marque, la fabrication française et le confort mais bon, il n’empêche que ce n’est pas le prix que j’ai l’habitude de mettre dans des chaussures mais plutôt dans des vacances…).

Je suis donc allée fureter sur le Bon Coin, voir s’il n’y avait pas une jolie paire d’occasion. Comme à mon habitude, j’ai cantonné mes recherches sur le Rhône et les départements limitrophes mais les paires que j’avais trouvées avaient déjà bien vécu et n’étaient pas dans le coloris que je souhaitais. Après quelques semaines, j’ai élargi mes recherches à toute la France, et j’ai fini par trouver LA paire parfaite : quasiment neuves à un prix hyper compétitif (90 €), dans le bon coloris, dans la pointure qu’il me fallait… Mais à Toulouse. 

IMG_3035

Après beaucoup d’hésitation, j’ai sauté le pas de l’achat à distance sur le Bon Coin, chose que je n’avais jamais tentée jusqu’à présent en tant qu’acheteuse (alors que j’ai déjà vendu pas mal de chaussures par ce biais), surtout pour une somme aussi importante (parce que 90 €, c’est certainement plus avantageux que 255 € mais cela reste un coût quand même, surtout sans avoir la garantie d’avoir le produit à la fin !).

IMG_3038

Et je n’ai pas regretté : je les ai reçues il y a quelques jours et j’en suis ravie. Ne sont-elles pas magnifiques ? Allez promis, je vous les montre portées très bientôt !

Sur ma lancée, j’ai également acheté sur le Bon Coin, la même paire de Tropéziennes que j’ai bien usée depuis 2 étés et dont je ne me lasse pas !

IMG_3040

Le modèle est reconduit depuis 2 ans et s’affiche à 65 € neuf, contre 35 € d’occasion : pour le coup, je n’ai pas hésité bien longtemps et j’ai bien fait car leur état est nickel !

IMG_3041

C’est la première fois que je rachète une paire à l’identique mais une fois qu’on a trouvé la paire qui va bien, pourquoi chercher un autre modèle ? Et cela facilite grandement l’achat par correspondance car on n’a pas le risque de se tromper 😉

Mes conseils pour un achat de chaussures d’occasion à distance :

  • Avoir impérativement essayé le modèle en boutique pour déterminer la bonne pointure et se faire une idée de son confort : pour mes sandales, pas de problème vu que j’avais les mêmes et pour les salomés, je les ai essayées plusieurs fois au corner Repetto des Galeries Lafayette
  • S’assurer que le modèle de l’annonce correspond bien à celui qu’on recherche : j’ai demandé à comparer les références/nom des chaussures car elles avaient encore leur boîte d’origine
  • Demander des photos supplémentaires pour vérifier l’état d’usure des semelles, du talon, la présence d’éventuels défauts : pour ma part, je voulais vraiment des chaussures en excellent état car l’objectif était de payer moins cher des modèles qui sont encore vendus en boutique.
  • Questionner la personne sur les raisons pour lesquelles elle vend : pour les sandales, elles ont été portées une fois mais la personne avait le pied trop fin et pour les salomés, elles ont été portées 2 fois sur piste de danse mais pas assez hautes pour pratiquer le tango (sic).
  • Profiter des échanges pour lever vos doutes quant au sérieux de la personne : des réponses claires, une certaine réactivité, la correspondance entre le nom donné pour le chèque et celui du mail… Et ne perdez pas de vue qu’elle aussi prend un risque avec votre paiement par chèque. Pour ma part, j’avoue que j’étais un peu inquiète pour les salomés mais la vendeuse m’a spontanément tenue informée de la bonne réception du chèque, de la date de remise du colis et transmis  la preuve de son envoi par Mondial Relay. Autant de preuves qui m’ont rassurée, bien que je dois reconnaître que je ne l’ai été pleinement qu’à la réception du colis 😉 !

Voilà pour ma petite expérience personnelle : j’espère que cela vous éclairera. Et vous, le Bon Coin à distance, vous avez déjà essayé, vous avez été déçue ?

Le lundi au soleil (et les autres jours aussi)

La canicule, à Lyon, on connaît et on est (presque) parées avec nos robes légères et nos shorts.

Blazer Mango (déjà vu ) et débardeur Gap (présenté ici) – anciennes collections –

Short Camaïeu – collection P/E 2014 – et sac Marc Jacobs – from NY (hiiii)

Collier en pierres semi-précieuses – Vietnam – et lunettes Pierre Eyewear (portées ici)

Ballerines Repetto – modèle Cendrillon soldé –

Sauf que dans des bureaux climatisés et de surcroît quand on reçoit des candidats ou des clients, il s’agit de respecter un certain dress code.

Du coup, je me suis dit qu’un blazer sur un short, si je restais derrière mon bureau, ça ferait bien la blague, dans le genre speakerine 80’s 😉

Et que pour compenser le port du short, je pouvais dégainer mes toutes premières ballerines Repetto ❤

Mille ans après tout le monde, je découvre le confort de ces chaussures d’une souplesse et d’une légèreté dingues, aux détails soignés (les nœuds servent vraiment à resserrer la chaussure) et  réalisées de façon artisanale en France -, fait suffisamment rare pour être souligné -.

Alors bien sûr, tout cela a un prix et je n’aurai jamais passé le cap si je n’étais pas tombée sur ce modèle soldé à – 50% aux Galeries Lafayette.

Et même soldées, le prix reste élevé pour une paire de ballerines…

Mais très honnêtement, elles valent le coût et je pense qu’elles vont être largement rentabilisées vu le nombre de fois où je les ai portées depuis leur achat.

Encore un basique de plus dans ma garde-robe 😉